Planet Earth is blue...

Publié le par Le Zouave

Planet Earth is blue...

La surprise.

Le dernier coup de Mister Jones.

Réussi. Comme tous les autres qu'il nous a balancés aux oreilles, au regard, à la gueule.

Mime. Chanteur. Comédien. Danseur. Acteur.

Homme caméléon et aussi homme éléphant (durant l'été 1980).

Je ne suis visiblement pas le seul à partager un sentiment aujourd'hui : celui de l'incrédulité.

Pourtant vous en avez vu et lu ici des chroniques de chiens d'artistes écrasés. Oui mais cette fois, et j'en suis le premier étonné, je n'arrive pas à admettre que le mort en question... est mort. Que le crevé en question... est crevé. Que quand vient la tumeur... tu meurs.

Et il ne s'agit pas ici de mettre Bowie sur un piédestal. Il l'était déjà. Non, la seule explication plausible que je me suis trouvée, c'est que venant d'une autre planète, d'une autre étoile peut-être, le gamin de Brixton y est retourné. Tout bêtement. Rideau. Mais pas mort.

Enfin le mieux est de continuer à écouter ses élans de liberté. Puisque avec le désespoir et la noirceur, c'est de liberté sans compromis que nous chantait Bowie. Celle de s'habiller comme on veut, d'aimer qui on veut.

On va être bombardé, je l'espère, de ses musiques.

Là, tout de suite, je vous propose une façon un peu originale d'écouter et de danser sur ses chansons les plus connues. Un mix sympathique de soixante minutes réalisé il y a trois ans par les belges de Soulwax. Et si vous pouvez, ne vous privez pas des images qui ne sont pas inintéressantes.

Planet Earth is blue...

Et une fois de plus une pensée pour Nicole avec qui, pendant cet été 2014, je m'étais rendu à cette formidable expo Bowie dont je ramène un bouquin époustouflant et un poster qui bientôt viendra réveiller nos vieux murs blancs.

J'avais aussi approché Bowie, lors de ce moment magique de l'été 1996, il y a vingt ans. Concert aux Eurockénnes et avec la chance d'être parmi les tout premiers rangs, sur la gauche, devant le micro du maître-chanteur. Les pieds dans la boue, les épaules sous des trombes d'eau. Mais la tête dans les étoiles. J'avais approché Bowie je vous dis. Tout près des étoiles.

Planet Earth is blue...

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie 12/01/2016 08:27

oui, depuis le début de l'année le ciel change avec toutes ces étoiles qui s'éteignent une à une....

Le Zouave 12/01/2016 10:53

Non... qui s'allument !

Michel 12/01/2016 04:02

SUPERBE ! ! !