Blessures de Nice

Publié le par Le Zouave

On ne devrait pas avoir besoin de drames pour recevoir des leçons de vie. La lecture du Petit Prince devrait suffire pour se rappeler que l'important c'est la rose et que l'essentiel est invisible pour les yeux.

Oui mais voilà, il y a un an à Nice un camion, blanc comme le mouton du Petit Prince, a foncé et tué quatre-vingt six personnes, parmi elles de nombreux enfants.

 

Le journal Nice-Matin a recueilli une vingtaine de témoignages forts de Niçois, dont plusieurs témoins. Parmi eux, David, un pompier qui était en première ligne ce soir là, Franck «le héros au scooter»... Tous racontent comment ils ont, sinon changé de vie, revu leur façon de la vivre.

Denis Carreaux, le directeur des rédactions du Groupe Nice-Matin, d'expliquer ce parti pris de ne pas revenir sur le drame, pour rester dans la vie : «Nous avons fait le choix éditorial fort (...) de ne pas raconter encore et encore le film de cette nuit que personne n'oubliera mais de nous concentrer sur la vie maintenant à Nice car tout a changé pour les Niçois. On voulait prendre le pouls de la ville et savoir comment les Niçois se sont reconstruits».

Lecture bouleversante de vie qui se sont parfois brisées, reconstruites ou alors qui ont pris un virage inattendu et saisissant.

Blessures de Nice

Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article