Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas

Publié le par Le Zouave

Astrid, Astrid... Combien de fans des Beatles n'ont pas un jour rêvé de l'embrasser ? Mais avant de l'embrasser, il fallait savoir épeler son nom. Et ce n'est que depuis quelques années (la langue allemande aidant) que j'ai su l'écrire sans tricher.

Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas

Les Beatles, c'est finalement assez connu, ont grandi et ont forgé leur caractère, leur groupe, leur répertoire, dans la ville de Hambourg en Allemagne. C'était les jeunes années, ils avaient 17, 18 et 19 ans. La découverte du sexe avec ni plus ni moins que des strip-teaseuses et les prostituées de Sankt Pauli. Les pilules de speed, les prellies (la Preludin) pour pouvoir tenir pendant leurs sets de huit heures par nuit, sept nuits sur sept. Et puis les bagarres dans les rues de la Reeperbahn, la grande avenue hambourgeoise qui constitue l'axe principal du célèbre quartier des plaisirs de la ville hanséatique.

 

En 1960, Astrid Kirchherr se rend avec son petit ami Klaus Voormann au club Kaiserkeller de la Reeperbahn, où se produisent les Beatles — la formation d'alors comprenait Pete Best et Stuart Sutcliffe —, elle prend à cette occasion les premières photos professionnelles du groupe.

Le bassiste du groupe,  Stuart Sutcliffe, et elle tombent amoureux. Le reste du groupe devient très lié à la bande des jeunes exis allemands. Exis pour existentialistes. Astrid, Klaus et leur ami Jürgen Vollmer s'habillent comme ceux de la rive gauche parisienne. Et voilà que Sartre vient se mêler à Little Richard et Fats Domino.

Astrid coiffe bientôt les p'tits gars de Liverpool comme ses deux amis et elle-même : une coupe au bol inspirée de celle de Brialy dans Le Beau Serge. Les vêtements passent au noir. Look.

Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas

Stuart Sutcliffe reste à Hambourg et avait déjà quitté le groupe quand les Beatles repartent vers Liverpool : les uns expulsés, les autres de leur plein gré. C'est le grand amour avec Astrid et il refait ce qu'il a toujours voulu faire, de la peinture. Et il se consacre à ses études d'art.

 

Le 10 avril 1962, Stuart Sutcliffe meurt d'une hémorragie cérébrale à Hambourg, trois jours avant le retour des Beatles en Allemagne pour une nouvelle série de concerts. Il n'avait que 21 ans. Son meilleur ami John et les autres garçons apprennent la nouvelle par Astrid, à leur arrivée à l'aéroport.

John Lennon et George Harrison dans le grenier où Stuart avait son atelier. Le jour de la nouvelle.

 

Plus tôt cette semaine, le 12 mai 2020, Astrid Kirchherr est décédée à Hambourg à quelques jours de son anniversaire. Quatre-vingt deux ans, dont cinquante-huit sans son amour de jeunesse.

Au fil du temps, c'est bien naturel, tous ces personnages qui peuplent le petit théâtre de la vie des Beatles s'en vont. Ce départ là me touche beaucoup.

Dieu sait si les Beatles ont été photographiés et certains de ces clichés sont fabuleux. Mais je reviens toujours à ces photos de leurs séjours en Allemagne et de 1960 en particulier. Regardez ces visages, de poupons, de rockers. Ces visages... qui ne savaient pas.

Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas

Astrid Kirchherr restera leur amie jusqu'à la fin. Elle les a vus grandir puis conquérir la planète. Comme ses deux amis Klaus et Jürgen qui sont encore là et qui ont jalonné le parcours artistique du groupe et de Lennon en particulier.

Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas

Un joli film était sorti en 1994, Backbeat, qui raconte cette période des futurs Beatles et surtout la relation entre Astrid et Stuart. Extrait.​​​

 

Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Astrid Kirchherr et les visages qui ne savaient pas
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Luc 16/05/2020 09:21

Hello Maxime... Eh oui, triste semaine. Après Phil May des Pretty Things et tout un pan de blues et du rock anglais, voici celle de la "grande sœur" des Beatles... Celle qui leur a montré d'autres horizons, alors qu'elle était leur aînée et qu'ils étaient affamés de culture... Elle a su les regarder, et à son contact ils ont progressivement dévié de leur route trop calibrée.
Moi aussi j'aurais adoré la rencontrer et causer... mais je soupçonne qu'aucune de mes questions n'aurait eu la moindre originalité et qu'elle les aurait déjà entendues 500 fois. Klaus Voormann doit se sentir encore plus seul...

Le Zouave 16/06/2020 23:15

Et oui Jean-Luc, encore une qui s'en va... Merci pour ton message.