Nous sommes tous terroristes !

Publié le par Maxime

Dégouté. Mal à la France. Triste. Révolté. En colère.





Il y a mille raisons de vouloir quitter la vie ou quitter la France en 2009 quand on est soumis au régime de Nicolas Sarkozy.



FIASCO JUDICIAIRE !!


"Vide du dossier", "fiasco judiciaire" : la gauche a fustigé le gouvernement dans l'affaire Julien Coupat, libéré jeudi 28 mai, le socialiste Arnaud Montebourg allant jusqu'à réclamer la démission de la ministre de l'intérieur.

"Sept mois de prison infligés à un innocent pour faire monter une sauce politicienne au goût infect, dans n'importe quel pays démocratique, cela vaut une démission", estime le député Montebourg. "Une affaire obscure de dégradation de caténaires de TGV, dont chacun ne peut qu'admettre qu'elle ne pouvait causer aucun autre trouble que celui d'endommager quelques pantographes de trains, sans jamais risquer la vie de quiconque, voilà ce que la justice aux ordres de la ministre de l'intérieur a eu le ridicule de qualifier de terrorisme", précise l'élu de Saône-et-Loire.

"MANIPULATION"

Pointant une "manipulation" et une "justice d'exception", le Vert Noël Mamère a annoncé la demande imminente d'une commission d'enquête parlementaire. L'altermondialiste José Bové, tête de liste d'Europe-Ecologie, accuse également Mme Alliot-Marie d'avoir fait "une sorte de coup médiatique organisé" pour "essayer de construire une espèce de complot de l'ultragauche".





La riposte du porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a fusé : "Instrumentaliser ce qui n'est qu'une étape de l'instruction pour faire croire à l'innocence de Coupat est totalement irresponsable, d'autant que cela n'est fait qu'à des fins électoralistes". "Tous ceux qui mettent en cause Michèle Alliot-Marie ou dénoncent la décision du pouvoir de retenir cet individu en prison, font semblant de croire que ce n'est pas la justice indépendante qui avait pris cette décision", estime-t-il.

"FIASCO"

André Vallini, député socialiste et ancien président de la commission Outreau, pressent que "la justice, et le pouvoir qui a tenté de l'instrumentaliser, s'acheminent ensemble vers un fiasco politico-judiciaire". Présidente du groupe communiste et Parti de gauche au Sénat, Nicole Borvo Cohen-Seat juge également que "cette 'affaire' tourne au véritable fiasco"




Vas-y André !!! Toi qui aurait pu être un si bon Ministe de la Justice... et les français t'ont préféré Dati ! N'avais-tu pas les dents assez longues...? Triste, triste France. Morte et décadente.





Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nono 01/06/2009 17:41

Tous ces commentaires, dans un sens comme dans l'autre, alors même qu'il n'y a encore aucun jugement rendu sur le fond... C'est ca l'irresponsabilité à mes yeux ! Et la présomption d'innocence, elle peut signifier également "pas encore jugé coupable", ne l'oublions pas...Si l'opposition s'offusque de la présumée intervention des politiciens au pouvoir dans les affaires de la justice censées être indépendante, pourquoi n'ont-ils pas définitivement séparé l'executif et la justice quand ils étaient au pouvoir ? Parce que, tout comme ceux qu'ils affrontent aujourd'hui, ils se laissent un moyen bien pratique pour bloquer des dossiers génants qui ont fait, font et feront surface...

Maxime 02/06/2009 13:08


Bah oui je te suis bien Arnaud là-dessus. Mais, pour revenir à Coupat, quand est-ce que nous saurons (saurons-nous ?) la vérité ? C'est TRES grave.