Victoria, Bob, Hosni et les Moody Blues

Publié le par maxime

Ce matin une neigiboulée tombait sur Berlin. Entre gris clair et gris foncé comme dirait Jean-Jacques (qu'on ne voit plus tiens). Je quittais l'appartement avec un vent dans la gueule et je mangeais mes flocons en marchant vers la gare.

 

Dans ma tête, la journée décisive (une de plus ?!) en Égypte. Sous mes yeux, Berlin qui défile tout en blancheur. Et dans mes oreilles, le dernier concert de Bob Marley. Joli carambolage des genres.

Le 23 septembre 1980 la tournée de Bob et des Wailers, le Uprising Tour, s'achève à Pittsburgh en Pennsylvanie. Il partira ensuite en Allemagne pour suivre un traitement contre son cancer mais il mourra le 11 mai 1981, à 36 ans.

Quand mon s-bahn quitte Hautbahnhof, le train commence alors sa ronde autour du Tiergarten. Entre les morceaux de coton qui s'effilochent du ciel blanc, j'aperçois, dansant sous la neige, la statue dorée, redorée de la Victoire. La déesse grec de la victoire, Victoria, ne m'a jamais paru si fragile.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/Viktoria_Siegess%C3%A4ule.jpg

 

Pourtant rien ne semble pouvoir arrêter la marche d'un peuple vers la liberté quand j'entends incanter les Wailers sur "Exodus".

 

Jah come to break downpression,

Rule equality,

Wipe away transgression,

Set the captives free.

 

http://www.vip-blog.com/medias/0408/pearl-imswan-98-vip-blog-com-388465marley-bob-photo-bob-marley-6206442.jpg

 

Le chantre jamaïcain me pousse à sourire et j'ai soudain envie, moi aussi, de botter le cul à cet Hosni de malheur. Je dis chantre pour parler de Bob Marley mais je sais bien que le mot ne va pas. Mais quand je lis chantre, quand j'entends chantre, je pense toujours à deux autres mots : chanteur et chanvre. Avouez que ça lui correspond plutôt bien !

 

 

 

Bientôt la neige, ou qu'elle que soit le nom de ces étranges morceaux de plume que le vent pose sur nos têtes, s'arrête. Je quitte le train et laisse derrière moi la Victoire, les Wailers. J'implore ce bon vieux Léo rageant, rageur lui aussi et bientôt ce sont carrément les Moody Blues qui viennent m'aider (nous aider... vous aider) à gueuler un dégage Moubarak d'anthologie.

 

 

 

Sur la place Tahrir tout est calme pour l'instant. La foule continue d'affluer sur la place, entourée et canalisée par l'armée. Rien à voir avec les batailles rangées de la veille. Certains crient "Moubarak dégage !" quand d'autres scandent "Moubarak assassin !". Al Jazeera a montré des images de la télévision d'état égyptienne. Cette dernière montre des images en grand angle de la place Tahrir, mais les messages qui défilent en dessous indiquent que c'est une "manifestation pour soutenir la stabilité"... no comment !


Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article