Coupé du monde

Publié le par Le Zouave

En face de chez nous, il y a cette adorable boutique d'objets de cuisine et de bricolage tenue par un couple de vieux. Elle pue le vingtième siècle, tendance 1960/1990 et elle me fend le coeur. Pas seulement parce que le jour où l'un des deux partira, la boutique n'existera plus.

Ce matin j'y découvre une fois de plus une vitrine faite maison, à la main. Oh ce n'est pas la plus belle. Elles ne sont jamais très belles leurs vitrines à vrai dire. Mais elles rythment les saisons et les évènements qui font nos vies de berlinois, d'allemands, d'européens et finalement, bêtement d'humains.

Les saisons oui. Avec des luges en bois quand arrive la jolie mort blanche en-dessous de zéro, des arrosoirs et des sacs de terreau quand des milliers de fleurs nous jaillissent leurs couleurs au visage. Plus tard encore, comme des soldats d'automne, d'énormes râteaux avec leurs branches métalliques se tiennent au garde-à-vous devant le magasin. Enfin vous voyez le truc.

Ce matin ce fut laid mais ce matin ce fut ça.

Coupé du monde

La manière lourdeaute de présenter les choses, la fausse pelouse, les ballons qui sont des assiettes en cartons... tout ça me ramène à l’hypocrisie qui me hante et me guide depuis plusieurs mois.

Demain commence la vingtième Coupe du Monde de foot et comme je ne vous l'apprends pas, elle aura lieu au Brésil. Je me fais une joie de voir certains matchs, je me suis même arrangé pour en voir certains. Des rendez-vous sont pris, des horaires sont fixés. "Et tu amènes des bières hein ? - ok, je viens aussi avec des chips, des olives !".

Oui mais voilà...

Batman a évidemment raison.

Comment laisser ce qui se veut être une fête faire autant de dégâts dans la vie des personnes les plus démunies ? C'est tout bonnement, évidemment, inadmissible. La police va-t-elle se contenir ? J'en doute. Le prix payé pour organiser cette Coupe du Monde est déjà bien au-delà de l'entendement. Mais le coût humain l'est depuis longtemps aussi et cela se comptera, encore plus lourdement, au lendemain de la finale du dimanche 13 juillet prochain.

Coupé du monde
Coupé du mondeCoupé du monde
Coupé du monde

Alors voilà, demain débute la Coupe du Monde mais je suis triste. Hypocritement triste.

Et ça se veut changer le monde... Comme un autiste équipé d'une paire d'oeillères. Coupé du monde, pour vivre dans un autre fait d'assiettes en carton et de pelouse en plastique.

Coupé du monde

Publié dans ainsi valse la vie, berlin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 12/06/2014 08:52

Autant, lorsque j'étais plus jeune (hé oui!), je ne ratais pas un match, autant aujourd'hui je ne regarderais pas un match !
Le foot n'a plus le coté sportif qu'il pouvait avoir il y a plusieurs années.
Aujourd'hui, c'est l'argent, l'argent, l'argent. Toutes les grandes manifestations sportives ( JO, Coupe du monde de foot) sont de plus en plus grandioses, faisant supporter le cout des rêves pharaoniques de leur organisateurs aux plus pauvres. Et bien sur je ne parle pas des salaires indécents des footballeurs.

Le Zouave 12/06/2014 20:00

Même si, tu t'en doutes, je vais suivre la compétition, je ne peux que te comprendre ! C'est là tout le paradoxe de beaucoup de supporters je crois. Et le salaires des joueurs est effectivement une de choses honteuses...