Il y a des dimanches...

Publié le par Le Zouave

Il y a des dimanches comme ça où le cœur bat du nord au sud. Il y a des dimanches comme ça où l'on se sent grec et danois. On ne choisit pas. Ou plutôt si, on décide de rester debout.

Il y a des dimanches...

Il n'y a jamais beaucoup de temps qui s'écoule sans lequel je ne repense à cette statue qui faisait partie de ma vie toutes ces années à marcher en long, en large, saoul, pas saoul et en travers sur les trottoirs de O'Connell Street à Dublin. James Larkin. Syndicaliste irlandais né cent ans avant moi et mort en 1947.

Sous la statue que je trouvais déjà si forte et belle, une citation célèbre dont il est l'auteur et qui me rendait ces bras tendus vers le ciel encore plus beaux, plus forts. La citation est inscrite en trois langues dont le français.

Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux: Levons-nous.
Ní uasal aon uasal ach sinne bheith íseal: Éirímis.
The great appear great because we are on our knees: Let us rise.

James Larkin

Copenhague, j'ai eu la chance d'y aller en 2011, aux beaux jours. Et j'ai été charmé par bien plus que la petite sirène. Ses canaux m'avaient enchaîné.

Il y a des dimanches...

Alors voilà, d'Athènes à Copenhague, mon cœur de battre s'est arrêté quelques instants à Dublin. Une ville qui m'a fait et refait.

Il y a des dimanches...

Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M
Superbe Maxime, superbe! Oui, mon ami Olivier qui a perdu son frère sur le front de la Croix-Rouge en Ukraine (2014), habite à Copenhague. Je crois que depuis la Guerre froide à ses moments aiguës, nous n'avons pas connu un tel climat sur notre terre bleue. Les messages d'espoir et de paix ne semblent plus suffire ou sont pour l'instant sans effet pour ceux qui ne regardent plus le ciel mais la terre brûlée... Comme j'aimerais voir ce peuple de Mahomet descendre de la rue, sortir du silence et uni avec nous tous qui ne voulons plus de cette violence aveugle, plus de cet état de la terreur. Pourtant, c'est en restant uni et convaincu de nos valeurs que peut-être un jour, le sens de la terre retrouvera cette couleur bleue de notre planète.
Répondre