Au revoir Marianne

Publié le par Le Zouave

Amants.
Amants, c'est peut-être le plus beau mot au monde, non ?

Au revoir Marianne

Ils s’étaient rencontrés à 23 ans sur l’île grecque d’Hydra et étaient tombés amoureux.

Leonard Cohen, la sachant très malade, a écrit une lettre d’adieu à sa muse Marianne Ihlen, révèle la radio canadienne CBC. Celle qui avait inspiré So Long Marianne et Bird on a Wire a eu une grande influence dans sa vie et est décédée le 29 juillet dernier d’une leucémie, à l’âge de 81 ans.

Leonard Cohen a écrit ses mots que Marianne, encore lucide et pouvant parler et rire, a pu entendre :

«Nous sommes arrivés au point où nous sommes si vieux, nos corps tombent en lambeaux, et je pense que je te rejoindrai bientôt. Sache que je suis si près derrière toi, que si tu tends la main tu peux atteindre la mienne. Et tu sais que j’ai toujours aimé ta beauté et ta sagesse et je n’ai pas besoin d’en dire plus parce que tu sais tout cela. Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage. Au revoir ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin.»

Deux jours plus tard, Ihlen perd conscience et décède. Elle s’est endormie lentement hors de cette vie. Paisiblement, entourée par des amis proches. Quand on lui a lu à haute voix la lettre de son amant grec, elle a souri comme seule Marianne le pouvait. Elle a levé la main, quand on lui a lu le passage où Leonard Cohen lui dit être juste derrière elle, assez proche pour l’atteindre. La lettre lui a donné une profonde tranquillité d’esprit et une force supplémentaire.

Au revoir MarianneAu revoir Marianne
Au revoir Marianne
Marianne Ihlen, son fils et Leonard Cohen

Marianne Ihlen, son fils et Leonard Cohen

Et un jour il faudra, ou pas, que je vous parle de cette communion et messe (au plus beau sens du terme) que fut mon expérience de voir Leonard Cohen en concert à Dublin en juin 2008. C'était dans les jardins de l'Irish Museum of Modern Art à Kilmainham.

Au milieu du concert, quand je lévitais et tenais la main que me tendait ma mère, le soleil se mit à tomber doucement derrière la scène. Et comme à son habitude, le vieux clou rouillé alla se planter dans les arbres de Phoenix Park. Le ciel coulait d'amour, comme le vieux monsieur de soixante-treeize ans alors. Huit ans plus tard, il parcourt encore le monde avec son élégance et son charme en bandouillère de son immense talent.

Juin 2008, Leonard Cohen à Dublin

Juin 2008, Leonard Cohen à Dublin

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Englebert 28/10/2016 02:03

Lors de deux concerts dont un en plein air à Gand en Belgique ... "so long marianne" a bouleversé l'assemblée ... merci Marianne reposes en paix ... et il va te rejoindre

Le Zouave 31/10/2016 11:13

Ah je veux bien le croire. Boulversant, c'est le mot oui.
Merci du témoignage Alain.

Englebert 28/10/2016 02:02

Rien un mot ... salut Marianne ...

Lami 09/08/2016 07:54

Un pur moment de bonheur, un grand Monsieur.

Le Zouave 09/08/2016 08:36

Oh que oui.

Lami 09/08/2016 07:53

J ai eu aussi la chance de voir Leonard Cohen, c etait à Grenoble et ce soir là ma soeur était tout près aussi...