Une histoire de princesse

Publié le par Le Zouave

Ils vécurent heureux et... Non pas celle-là.

Celle-ci :

Je suis un être du bien... j'aime ça.

Carrie Fisher était bien plus qu'un être du bien. Elle était une étincelle qui brillait partout où elle allait.

Imaginez un peu, la nana qui est par la force des choses un de mes premiers coups de coeur / fantasme à l'écran et qui se révèle être, au fil des années et de mon temps passé dans un pays anglophone, une personne dotée d'un humour redoutable ! Humour noir, acide, qui pratique à l'extrême l'autodénigrement... Elle avait tout pour me plaire.

Pour les anglophones, faites des recherches sur YouTube par exemple. Ses one-woman shows sont hilarants et elle a d'ailleurs participé à plusieurs sketchs du Saturday Night Live. Pour rappel, on la voit dans un petit film à sketchs avec Ringo Starr où elle chante en duo avec le batteur. Souvenez-vous, j'en parlais en octobre dernier.

Au cinéma, j'ai pu la voir et la revoir dans des petits bijoux tels que Hannah and Her Sisters de Woody Allen ou encore les Blues Brothers que j'ai enfin vu pour la première fois (oui je sais...) il y a à peine plus d'un an.

Une histoire de princesse
Une histoire de princesse
Une histoire de princesse
Une histoire de princesse
Une histoire de princesse
Une histoire de princesse
Une histoire de princesse
Une histoire de princesse

Et puis Carrie Fisher, c'était aussi une championne de la cause des maladies mentales. Et pour cause... Elle avait témoigné avec une grande honnêteté de ses difficultés et de ses succès dans la bataille contre l'addiction et les troubles bipolaires, affichant une attitude extrêmement offensive lorsqu'il s'agissait de débattre des problèmes de santé mentale. Inédit et rafraîchissant à une époque où personne n'en parlait.

Elle fut aussi l'épouse de Paul Simon. Leur histoire aura inspiré plus d'un texte au chanteur. On parle de tout un album et aussi, lors de leur rupture, des paroles de sa fameuse chanson Graceland.

Je veux évoquer ici un autre titre interprété par un de mes groupes favoris. Carrie Fisher est ainsi remerciée et créditée sur le second album des Traveling Wilburys car elle a permis à George Harrison d'utiliser cette phrase qu'elle avait écrit dans un poème alors qu'elle était encore ado : You took my breath away and now I want it back (Tu m'as coupé le souffle et maintenant je veux que tu me le rendes).

Sur ce, je vais réécouter cette chanson en pensant à cette petite étincelle qui est partie briller ailleurs.

Bye bye Carrie... Délicieuse et malicieuse.

Une histoire de princesse

Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article