Jean Rochefort

Publié le par Le Zouave

Je lui avais dit pourtant.

La dernière fois c'était au printemps dernier. Je le suivais une fois encore sur la façade de l'immeuble au coin du boulevard de la Grande Armée et de la rue de Tilsitt.

Ne saute pas Jean, fais pas le con !

Jean Rochefort

En cette matinée grisante, où, de la position privilégiée que j’occupais, j’entendais le chant des oiseaux précédé des bruits de la ville, je songeais à tout ce qu’il m’avait fallu donner de chance, d’audace et, oserai-je le dire ? d’ingéniosité pour en arriver là. Mon imagination pourtant très ambitieuse n’aurait jamais su m’y porter seul.

Il a sauté.

Je t'aimais d'amour Jean Rochefort.

Jean Rochefort
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article