Révolutions d'octobre

Publié le par Le Zouave

Il y a bientôt une semaine nous étions chez la grand-mère de Claudia. C'était son quatre-vingt-dixième anniversaire. À la grand-mère.

Elle a les jambes toutes fines comme ont les vieux ou les enfants qui courent après leurs ombres. Des brindilles, des béquilles, plus que jambes. Des pattes d'oiseau quoi.
Comme cela arrive parfois chez les gens de son âge, elle ne sait plus vraiment certaines choses. Ou les confond. Le nom de ses enfants ou bien si nous sommes en automne. Et puis l'automne d'accord mais de quelle année ? Dans des moments de lucidité, elle se demande si elle verra l'été prochain ou si elle se souvient vraiment du dernier.

Il était déjà dix-huit heures et la nuit était noire depuis longtemps derrière les rideaux moches. C'est quand Elisabeth a réclamé de la musique. Et comme à chaque fois que nous sommes chez la grand-mère, quand on a appuyé sur le bouton Play de la chaîne, des chants russes se sont mis à retentir à fort volume sonore. Très fort. Pas forcément des trucs chantés par les Chœurs de l'Armée Rouge mais toujours dans ce style. C'est comme ça qu'elle survit la grand-mère dont le mari a connu les prisons d'Hitler et les lumières de la caste communiste de Honecker. Entre les livres de son fant-homme et les musiques et chants d'avant-hier.

Cent ans après la révolution d'octobre, la grâce pataude d'Elisabeth s'étourdissait dans cent révolutions d'octobre. Elle avait tant de joie !
Et puis la grand-mère qui ne danse plus s'est levée et a fait valser ses cannes de verre. Quatre générations de filles dansaient sous mes yeux. J'en avais de la vodka dans les yeux.

Voici un autre moment de la soirée, un Kalinka d'anthologie... Et des baisers russes à toutes et tous.

Révolutions d'octobre
Révolutions d'octobre
Je vous conseille l'écoute de cette émission de Là-bas si j'y suis de Daniel Mermet.

Je vous conseille l'écoute de cette émission de Là-bas si j'y suis de Daniel Mermet.

Qu’est-ce que vous préférez, l’étoile rouge ou le couteau entre les dents ? Le 20ème siècle s’est construit et s’est déchiré sur ces deux images engendrées par la Révolution d’Octobre 1917, admiration aveugle ou rejet épouvanté, espoir ou repoussoir. Pour ce centième anniversaire, on entend juste le bruit des pantoufles des éditorialistes qui nous rappellent que Lénine, c’est comme Staline, et Staline, c’est comme Hitler, et Mélenchon, c’est comme Le Pen.

Pour ceux qui n’en seraient pas tout à fait convaincus, voici notre spéciale Révolution russe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article