Le coup de patte de Dominici

Publié le par Le Zouave

Christophe Dominici ça rime avec ovalie mais pas seulement.

 

Les samedis de janvier et février. Les blancs contre les bleus, les bleus contre les verts, les rouges contre les bleus, ou blancs. La haine des anglais ou plutôt de l'arbitre anglais qui toujours avait tort. Qu'importe qu'il soit écossais ou gallois, c'était la même chose, il était jaloux du jeu à la française.

J'ai grandi comme ça, aussi.

Mais quand un essai était marqué, un de ceux qui viennent de loin par exemple, alors tout était oublié. On ne pouvait plus parler de hors-jeu ou de mêlée écroulée. Pourquoi ? Parce que depuis que je suis le sport à la télé, je n'ai jamais rien vu d'aussi beau qu'un essai qui part de loin au rugby.

Celui-ci, du 31 octobre 1999, n'était pas un de ceux qui partaient de si loin mais il a beaucoup compté. Et compte encore ce soir.

Merci Christophe Dominici. Quarante-huit ans, ce n'est pas très vieux. Pas du tout.

Publié dans ainsi valse la vie, écrits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article