Confinement, smartphones, internet et tout ça

Publié le par Le Zouave

Weezer... je n'ai jamais eu l'occasion de parler d'eux tiens ? Encore une fois un groupe écouté par le biais de mon ami Fred au milieu des années quatre-vingt dix. L'Angleterre était en train de reprendre la main aux américains (la passe d'armes grunge-britpop pour simplifier). Mais Weezer et d'autres groupes de power pop éclataient sur la côte ouest.

Bon je ne voulais pas vous parler de Weezer ici (sinon je vous parlerais aussi de la série Happy Days, ce sera une autre fois, ou pas). Mais de ces heures de confinement, j'utilise ce mot à défaut d'un autre. Cet état entre étagères, où le temps n'avance pas ou alors trop vite mais en faisant du surplace (... qui m'aime me comprenne !).

Voici un extrait d'un album surprise que Weezer offre à leurs fans. C'est tout frais puisque la vidéo a été mise en ligne il y a quelques heures. Ça illustre un peu cet état aux mains des zombies.

J'écrivais en titre Confinement, smartphones, internet et tout ça mais j'aurais dû rajouter musique et cinéma. Je vais partager ici (en bas de la vidéo de Weezer) quelques coups de coeur pas dégueux : ce sont des courts-métrages que je regarde dans le cadre du festival en ligne MyFrenchFilmFestival.

Allez-y, les plus longs durent vingt minutes et certains m'ont beaucoup plu. Pas impossible que j'en rajoute d'autres au fur et à mesure d'ailleurs.

 

Et maintenant... cinéma !

Au fond d'une forêt, une troupe d'animaux sauvages entame un opéra nocturne... dirigé par un écureuil.

Clara et Marie sont rivales. Clara est nommée première dauphine et Marie a été couronnée Miss Chazelles-sur-Lyon. Dans le village où elles vivent, les tensions montent entre les amies de Clara et la famille de Marie. Tourné en format 4:3, Miss Chazelles met en lumière les jeunes ruraux qui tentent d'échapper à la domination masculine omniprésente dans un récit émotionnel avec une mise en scène précise.

Peu importe le prix, Yacine et ses deux copains veulent voir Fast & Furious 8 au multiplex de la grande banlieue où ils vivent. Malheureusement pour eux, ils ne peuvent se permettre de voir que le film du ciné-club.

Jules, 18 ans, passe à contrecœur ses vacances dans le camping naturiste de son enfance. Il est tiraillé entre son attirance pour le beau Karim, un saisonnier de la plage textile, et la dépression de sa mère Adèle, qui refuse de le laisser grandir.

Publié dans cinema - images, musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel 21/01/2021 16:30

«All my Favorite Songs» me fait sacrement penser à une chanson de Paul McCartney (Fuh You / album Egypt Station 2018), surtout le refrain à 50 secondes...

Le Zouave 21/01/2021 19:25

Ah oui il y a quelque chose.