Un dimanche, 26 avril

Publié le par Le Zouave

Quand Christiane se réveille, c'est un dimanche ensoleillé. Elle n'a pas beaucoup dormi et a mal partout. Elle ne peut pas poser son pied gauche par terre.

Elle a vingt ans aujourd'hui.

Pour l'occasion, ses grands-parents ont accepté de venir à Seyssinet, banlieue verdoyante et encore maraîchère de Grenoble. Bientôt ils monteront les quatre étages à pied vers cet appartement que ses parents ont acheté il y cinq ans. Une demi-vie d'économies plus tard.

 

Ritchie a mal aux cheveux quand il se réveille ce matin. Un fuseau d'horaire plus tôt certes mais il est resté au lit bien plus tard que la jeune grenobloise qu'il ne connait pas. La veille il a donné une interview à un journaliste américain. Lui est les boys ont terminé le tournage de leur premier film qui sortira au cinéma dans deux mois. Le voilà acteur à présent. Il n'en revient pas. Il faut dire que tout s'est emballé pour lui et les garçons depuis qu'il a rejoint les Beatles il y a un an et demi.

 

Bientôt il sera midi. Les grands-parents seront là. Marius et Justine, côté maternel et Laetitia-Eugénie, la grand-mère paternelle. C'est l'unique fois où ils viendront dans cet appartement.

La mère de Christiane a préparé elle-même le repas d'anniversaire. Il faut mettre "les petits plats dans les grands" et montrer son savoir-faire à tous les invités.

Christiane se regarde dans le miroir. Elle ajuste sa robe trois trous vert tilleur clair. Celle qu'elle portait à Noël dernier. Quand elle s'était fiancée avec son amoureux.

 

C'est dimanche à Londres aussi mais pas pour Ritchie. Depuis dix-huit mois, il travaille huit jours par semaine et n'a pas eu une seule journée de repos. Cet après-midi le groupe sera à l'Empire Pool à Wembley, dans le nord-ouest de Londres. Ce n'est pas vraiment un concert mais ils joueront tout de même quelques titres à l'occasion de la cérémonie de récompenses du magazine New Musical Express (NME). Toute une floppée de jeunes artistes joueront aussi : le Dave Clark Five, Freddie and the Dreamers, Gerry & the Pacemakers, les Hollies, Billy J. Kramer and the Dakotas, Manfred Mann, les Rolling Stones, les Searchers et bien d'autres encore.

Ce matin il retrouve le journaliste de la veille qui lui demande quels sont ses musiciens américains préférés. Il répond en soufflant sa fatigue, les Impressions et les Shirelles. Derrière leur conversation, un vacarme. Les Rolling Stones répètent pour leur performance de cet après-midi. Ils jouent I'm Alright de Bo Diddley.

 

Une fois sa robe enfilée, ajustée, le regard de Christiane se porte sur un objet qu'elle n'avait pas à Noël dernier : un collier en émaux bleu. C'est le cadeau de son fiancé pour ses vingt ans. Ils sont allés l'acheter, la veille, au centre-ville. Elle ferme les yeux et se repasse le film.

Sur la route du retour, elle est collée à lui, qui conduit le Lambretta. Les voilà qui prennent la bretelle qui permet de quitter le pont de Catane. Soudain, dans un virage assez serré, ils sont face à un chien. Pour l'éviter, son fiancé donne un bref coup de guidon, le scooter perd son adhérence et se couche sur le côté, sur la jambe gauche de Christiane. Sa cheville est touchée, il n'y a plus de peau sur une surface assez large. Son annulaire gauche est cassé.

 

L'après-midi commence, les Beatles joueront à 14h30. Ils sont réunis dans une toute petite loge où John plaisante : "vous êtes sûrs qu'on sait encore comment ça marche ?". Cela fait plus de deux mois que le groupe ne s'est pas produit en concert. Entre le tournage du film et un paquet de sessions d'enregistrements, ils sont un peu rouillés. Paul lui dit qu'au contraire, ils vont tout casser, qu'ils devraient jouer plus rapidement que d'habitude. Il est pressé. Il tousse, il a un chat dans la gorge.

Elvis Presley a enregistré un message pour un discours d'acceptation de prix :

Bonjour à tous. C'est Elvis. Je suis désolé de ne pas pouvoir être avec vous tous pour le concert du New Musical Express Poll, mais je voudrais féliciter tous les gagnants et vous remercier de m'avoir inclus.
Je suis particulièrement fier de tous mes amis de Grande-Bretagne. J'aimerais souhaiter aux Beatles un succès continu, ainsi qu'aux autres grands artistes de l'enregistrement en Angleterre. Merci.

 

 

Christiane a mal au doigt. Elle se souvient qu'hier, à la même heure, son seul souci était de savoir si sa bague de fiançailles était endommagée, le reste n'avait pas d'importance. Merde, elle a vingt ans aujourd'hui et son doigt cassé a une allure bizarre. Qu'importe, sa bague est indemne et son collier orne sa robe.

Ça y est, son père revient de Rives avec sa voiture pleine de grands-parents. Tout le monde est là… sauf un. Son fiancé arrivera avec plus d'une heure de retard. Un classique : il a entrepris une tâche absolument pas urgente qui lui a pris bien plus de temps que ce qu'il avait prévu. À l'Aviron grenoblois, il a ré-entoilé son skiff. Le père de Christiane est hors de lui : comment peut-il se permette de faire attendre toute sa famille un jour comme celui-là ?

 

Mick Jagger et Brian Jones sont dans la loge des Beatles. Un immense sourire illumine le jeune visage de Jagger, ses yeux brillent des délices des premiers succès du groupe. Plus rien ne pouvait les arrêter désormais.

Les Beatles vont interpréter un set énergique de cinq chansons pour clôturer le concert des lauréats du NME Poll-Winners. Le micro de John n'est pas bien serré et il doit sans cesse le réajuster pendant la première chanson. Paul et George connaissent des problèmes similaires pendant la chanson suivante. John mélange les couplets de She Loves You et oublie complètement le pont de You Can't Do That, se précipitant vers le micro pour continuer à le chanter.

Les Beatles reviendront sur scène pour recevoir des mains de Roger Moore quatre énormes coupes ; John fait semblant de boire dans la sienne, tandis que Ritchie, Ringo, utilise la sienne comme chapeau. Il aura vingt-quatre ans dans deux mois et demi.

 

Il n'y avait pas de caméra à Seyssinet mais à Londres, ce que le NME décrira comme un ouragan de trépignements, d'acclamations, de pleurs et de cris avait pu être filmé :

 

 

POST-SCRIPTUM

En début d'année, 2022, je tombe sur la vidéo ci-dessus. Restauration de cette performance des Beatles. Je me rends compte qu'au moment même où le groupe jouait, une jeune fille que je connais fêtait ses vingt ans à 1052 kilomètres de là. J'ai eu envie de se faire télescoper ces deux journées. Je veux dire ces deux moments.

Depuis 1961, Christiane est fan de guitare électrique. Si Ritchie et les boys ne se sont pas rendus à Seyssinet, elle, s'est déjà rendu à Londres. Elle avait dix-sept ans et y avait vu les Shadows. D'ailleurs, Cliff Richard joue ce jour là, à la même cérémonie que les Beatles. En 1964 Christiane écoute beaucoup de chanson française : Brel, qu'elle verra quelques mois plus tard sur scène, Brassens, Ferré, Ferrat, Barbara mais aussi du jazz.

Elle aime les Beatles, mais sans plus. Mais on ne peut les éviter à cette période. Les Beatles, en France aussi, c'est l'air du temps qu'on respire, la musique sur laquelle on danse.

RESSOURCES

J'ai effectué pas mal de recherches pour la rédaction de cet article. Parfois avec succès, parfois non (j'ai notamment passé deux bonnes heures à tenter de retrouver la météo de cette journée sur Grenoble !).

Je partage ici quelques éléments susceptibles d'intéresser ou du moins de compléter le propos :

Voici le top 10 au hit-parade en France, publié justement en date du 26 avril 1964 :

 

Voici le programme de la cérémonie de cette remise des prix à Londres (ainsi que le ticket d'entrée).

Ticket et programme du NME All Star Concert du 26 avril 1964.
Ticket et programme du NME All Star Concert du 26 avril 1964.
Ticket et programme du NME All Star Concert du 26 avril 1964.
Ticket et programme du NME All Star Concert du 26 avril 1964.

Ticket et programme du NME All Star Concert du 26 avril 1964.

Merci à Christiane, à ses vingt ans qui durent encore et toujours. La plus belle pour aller danser.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

B
Très bel article, que je lis bien en retard à nouveau. Merci pour ces belles photos de Christiane...
Répondre