Vent, neige et crise (et Les Poppys).

Publié le par Maxime

Il a neigeoté sur Berlin le week-end dernier.
Rien de bien fou, juste une petite couche de peinture blanche posée sur toute la ville quand le S-bahn m'amenait au travail hier matin, lundi. 

Je lisais la RILI (La Revue internationale des livres et des idées) que mon amie m'avait envoyé de France. Quel plaisir cette bouffée d'intelligence ! J'y suis peut-être allé d'ailleurs un peu fort car les articles hardus m'ont fait lire et relire des phrases entières plusieurs fois pour en comprendre le sens.  Comme quoi, le cerveau comme les abdos, se ramollit vraiment quand on s'en sert moins.

Pendant ce temps-là le paysage défilait. La ville défilait, devrais-je dire. Bientôt Mitte (la partie centrale de Berlin) arrive et je distingue déjà les drapeaux noir, rouge et or qui dansent au sommet du Reichstag. Je lis les mots de Jean-Claude Pinson dans son poème Alléluia (featuring Jeff Buckley). Merci mon amie ! Je me nois alors un instant, entre deux arrêts de train, comme Jeff se noit dans les eaux du Mississippi.

La journée d'hier au travail fut assez éprouvante. Avec mon collègue français  nous ne savons plus comment faire pour se motiver et ne pas envoyer tout balader. Notre supérieur est une personne... Je ne trouve pas de synonyme à exécrable. C'est grave docteur ? Hier, faisant suite à [je cite] "ces fainéants et tricheurs d'espagnols" et autres "les turcs ils ne savent même pas parler turc", nous avons eu droit à "ces gens de l'Est de Berlin... va plutôt dans l'Ouest de Berlin, c'est là que tu trouveras des gens compétents !". [fin de citations]

On plaisantait souvent avec mon collègue sur le mode: "mais quand est-ce qu'on va se faire virer ?". Oui, on n'a pas trouvé mieux pour se remonter le moral. Il faut savoir que nous sommes extrêmement sous-payés et que nous sommes à la merci de l'animal cité plus haut. A la merci de ses humeurs, de ses blagues, de ses colères. Vous voyez je pense. Et bien hier mon collègue s'est fait virer. Forcément, il arrivait en retard assez souvent. C'est à dire qu'il arrivait au moins une fois par semaine à 9:04 alors que nous sommes autorisés à commencer nos journées entre 08:00 et 09:00 seulement. Et puis il s'est vu notifié la chose suivante que l'inconscient ignorait: "il est interdit d'être malade en période d'essai". Mon copain avait eu la mauvaise idée de souffrir d'une gastro en janvier.

Je ne veux pas ici épiloguer (épiloguer: mot-valise signifiant enlever à la cire les poils des jambes d'une personne homosexuelle), il n'est bien sur pas question d'incriminer le brave idiot qui a droit de travail et de chômage sur nous. Mais soudain j'avais eu là la confirmation de ce que je savais déjà: j'étais attrappé. Je pense que les dix années de ma vie professionnelle ont du se dérouler dans le contexte anormal d'un pays en plein boom économique (l'Irlande). J'exagère à peine en disant que jusqu'à présent je travaillais tranquillement avec des gens tranquilles en me disant que de toutes façons, si ça me plaisait pas, je pourrais aller voir ailleurs. Mais je suis bel et bien à la merci du premier employeur venu dans une ville qui m'est encore un (gros) brin étrangère. Normal non ? Bah oui.

Alors je me dit que si ce vent pouvait tout envoyer balader, le bonzaï en France, les idiots ici-bas et nous ramener des emplois, de la bonne humeur... ça serait pas si mal.

En attendant la tempête est passée et quand on se réveille, on se rend compte que (non, non) rien a changé.

 

 

Publié dans perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Mi 11/02/2009 08:44

Tu sais quoi Max? tu avais la coupe à la Poppy's !! Si, si,recherche sur les photos, effet Poppy's? tu devais avoir 2 ou 3 ans. Allez, ce pt clin d'oeil pour te remonter le moral en espérant que ton supérieur deviendra bientôt un ex ...exécrable ou un ex odieux, détestable, horrible, abominable, affreux. Bientôt tu chanteras "les temps changent". Take care!

Maxime 11/02/2009 11:20


Mais tu sais qu'en voyant la video je me suis justement posé la question !! Moi qui ait longtemps cru que c'était une coupe Beatles.  En tout cas, je peux te dire qu'en classe on appelait plus cela une "coupe Mireille Mathieu" ! Mais je ne voudrais pas couper les cheveux
en quatre.

Merci pour ton mot.... on croise les doigts !