Ce vieux Bobby...

Publié le par Maxime

Depuis mon retour en Allemagne bien des choses ont changé. Normal.
Je ne vais pas les énumérées ici.

Une des choses qui m'a le plus frappé c'est que je n'écoute plus les mêmes chansons de la même manière. J'ai toujours été sensible à ces adolescenseries que sont les chansons fleur bleue chantées par des jeunes gens de 17/23 ans. Les premiers Beatles, la Motown pour ne citer que les deux plus gros producteurs de mièvreries dégoulinantes qui balancent pourtant bien.

Prenez n'importe quelle chanson d'amour déçu. Ça en fait un paquet non ? Bon juste celles où c'est la nana qui s'en va d'accord ? Bon ça nous en fait plus que 953428. Et bien Dieu sait si pendant des chagrins d'amour j'ai pu me les approprier, on le fait tous non ?

Je parle aux gars là.
On a bien tous au moins une fois demander à quelqu'un de nous laisser être l'ombre de son ombre. Non ? L'ombre de sa main ? Ah si ! L'ombre de son chien. Ouaf.

L'ombre de son kien, comme on dit au nord du nord.



Là encore je vais vous épargner les quelques chansons d'amour qui résonnent en moi ces dernières semaines.  Mais vous l'aurez compris, ce n'est plus ma belle qui s'en va mais bel et bien mon père. Oui. Encore. C'est dingue,  mais toutes ces chansons où ELLE laisse planter là son gars sonnent comme ça dans mon coeur et entre mes tympans.

Dernier exemple en date, dernier ado en date. Ce jeune homme de 68 ans (il les fête dans deux jours).




Vous savez peut-être que vient de sortir son trente-troisième album studio et qu'en plus d'être excellent, il a atteint la première place des meilleures ventes au Royame-Uni. elle prouesse pour quelqu'un dont le dernier numéro un datait de... 1970 (39 ans !). L'album s'appelle TOGETHER THROUGH LIFE et je vous le recommande vivement.

Voici une de ces chanson d'amour dont je parlais plus haut. Je me l'écoute en boucle et on y entend... tout ce que l'on veut bien y entendre. Qu'il est beau ce vieil enfant, quelle est belle son atroce voix qui s'égossilait déjà quand il avait 17 ans.

Il est difficile (et vain ?) de vouloir traduire de la poésie. Il est honteux (et vain !) de vouloir traduire Bob Dylan. Mais voici très librement (comprendre bourrée de fautes) et très rapidement (comprendre bourrée d'approximations) une série de phrases collant plus au moins au texte saigné sur les cordes vocales de Bobby Zimmerman.

[Vous trouverez le texte original en bas de la page. Pour écouter le titre, lancez la vidéo.]


Les vents du soir sont calmes
J'ai perdu mon chemin, ma volonté
Je ne peux pas te dire où ils allés
Je sais seulement ce qu'ils veulent dire
Je suis toujours sur mes gardes
Reconnaissant que la vie est dure
Sans toi près de moi

L'ami que tu étais
Si proche et si cher
Tu t'es enfui si loin
Où nous sommes-nous perdus ?
Je passe devant la vieille école
Reconnaissant que la vie est dure
Sans toi près de moi

Depuis le jour,
Le jour où tu es parti
Je sens ce vide immense
Je ne sais plus ce qui est juste ou pas
Je sais seulement que j'ai besoin de force pour combattre
Pour combattre ce monde qui nous entoure

Depuis qu'on a perdu contact
Je n'ai plus ressenti grand chose
Un jour stérile après un autre
Mon coeur s'est renfermé
Reconnaissant que la vie est dure
Sans toi près de moi

Le soleil se noie doucement
Je crois qu'il est temps d'y aller
Je sens comme un courant d'air frais
Et dans mes souvenirs
Mes rêves sont morts et enterrés
Reconnaissant que la vie est dure
Sans toi près de moi







The evening winds are still
I've lost the way and will
Can’t tell you where they went
I just know what they meant
I’m always on my guard
Admitting life is hard
Without you near me

The friend you used to be,
So near and dear to me
You slipped so far away,
Where did we go astray
I passed the old school yard,
Admitting life is hard
Without you near me

Ever since the day,
The day you went away
I felt that emptiness so wide
I don’t know what's wrong or right
I just know I need strength to fight,
Strength to fight that world outside

Since we've been out of touch
I haven't felt that much
From day to barren day
My heart stays locked away
I walk the boulevard,
Admitting life is hard
Without you near me

The sun is sinking low
I guess it's time to go
I feel a chilly breeze
In place of memories
My dreams are locked and barred
Admitting life is hard
Without you near me





Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Ronaldi 27/05/2009 00:03

Le bonhomme est toujours aussi "fort" ! Superbes parolesDans un autre sens d'idée... Comment se débarrasser un peu de ces "morpions" qui nous parasitent le cœur. À savoir, Chagrin et Spleen ?Contre-usage d'une de mes chansons préférées =Ce n'est pas du "Zim", mais ça fait du bien dans les artères !Tu mestuseras d'avoir polluer ton topic... Heing ? ;0)

Maxime 27/05/2009 09:50


Je n'arrive pas à lire cette vidéo. Envoie moi un lien par email si tu peux.


Jean Ronaldi 27/05/2009 00:02

Le bonhomme est toujours aussi "fort" ! Superbes parolesDans un autre sens d'idée... Comment se débarrasser un peu de ces "morpions" qui nous parasitent le cœur. À savoir, Chagrin et Spleen ?Contre-usage d'une de mes chansons préférées =Ce n'est pas du "Zim", mais ça fait du bien dans les artères !Tu mestuseras d'avoir polluer ton topic... Heing ? ;0)