"Ce n'était pas de ma faute, je n'avais pas d'arme"

Publié le par maxime

http://takeaction.amnestyusa.org/atf/cf/%7B4abebe75-41bd-4160-91dd-a9e121f0eb0b%7D/NOTINMYNAME750.JPG

 

 

 

L'État de Géorgie a honteusement exécuté Troy Davis le 21 septembre 2011 en dépit de sérieux doutes sur sa culpabilité.

 

Mais pas en mon nom.

 

Alors qu'une majorité d'États dans le monde (plus de 65 % des pays) on aboli la peine de mort, soit par une loi, soit en pratique, les États-Unis demeurent un des pays la pratiquant le plus.

 

Pas en mon nom.

 

Coupable ou innocente, chaque personne est un être humain qui a des droits. Les exécutions auront toujours tort.

 

Je ne peux l'accepter.

 

LA PEINE DE MORT DOIT ÊTRE ABOLIE.

http://takeaction.amnestyusa.org/atf/cf/%7B4ABEBE75-41BD-4160-91DD-A9E121F0EB0B%7D/img_footer_sm.gif

 

 

 

 

http://s1.lemde.fr/image/2011/09/22/540x270/1575704_3_2c36_la-cour-supreme-a-refuse-en-derniere-minute.jpg

 

Malgré la mobilisation, il n'y a pas eu de miracle pour Troy Davis. L'Américain a été exécuté mercredi par injection à 23h08 locales (5h08 jeudi, à Paris), a annoncé le pénitencier de Jackson, en Géorgie.

Juste avant son exécution, cet Afro-américain de 42 ans a répété qu'il n'était pour rien dans la mort du policier blanc pour laquelle il a été condamné en 1991. "Ce n'était pas de ma faute, je n'avais pas d'arme", a déclaré Troy Davis, selon une journaliste locale qui a assisté à l'exécution aux côtés de parents de la victime. "A ceux qui s'apprêtent à m'ôter la vie, que Dieu vous bénisse", a-t-il ajouté. Aux abords de la prison, à Jackson, plusieurs centaines de manifestants s'étaient rassemblés en espérant que la sentence ne serait pas exécutée. Ils scandaient "S'il vous plaît, ne laissez pas mourir Troy Davis" et "Je suis Troy Davis!". Les manifestations, qui ont commencé en début d'après-midi, ont eu lieu sur fond de forte présence policière et deux personnes au moins ont été appréhendées.

Initialement prévue à 19 heures locales, l'exécution a été retardée de plus de quatre heures, dans l'attente d'une décision de la Cour suprême des Etats-Unis, qui a finalement autorisé sa mise à mort. La mort a été constatée une quinzaine de minutes après le début de l'exécution. Les centaines de manifestants présents à l'extérieur de la prison ont accueilli la nouvelle dans un profond abattement après avoir espéré pendant des heures un improbable geste de la plus haute juridiction du pays.

Le gouvernement français a rapidement réagi pour regretter l'exécution. "Nous déplorons vivement que les nombreux appels à la clémence n'aient pas été entendus", a fait savoir le ministère des affaires étrangères dans un communiqué.

 

http://takeaction.amnestyusa.org/atf/cf/%7B4ABEBE75-41BD-4160-91DD-A9E121F0EB0B%7D/img_footer_sm.gif

Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C


RIP ! Tant que la civilisation n'aura pas abandonné la peine de mort, elle se comportera toujours comme une primitive.



Répondre
M


Primitive et pourtant capable de tant d'ingéniosité par ailleurs. Terrible !



L


De la part d'une bernique : 


André Vásáry - Once upon a time in the West


 



Répondre