Ce pays a encore une âme.

Publié le par le zouave

Je suis né plusieurs fois à Échirolles. En décembre 1976 bien sûr même si je ne suis pas resté très longtemps dans cet hôpital que l'on appelle Sud par opposition à celui de La Tronche qu'on qualifie de Nord. En revanche j'ai pratiqué Échirolles lors de mes trois années passées au sein de l'Institut de la Communication et des Médias et surtout au Village Olympique. Chambre 410, bâtiment Canadien.

 

Il m'est arrivé de rentrer le soir, tard, bien tard selon les critères des gens qui pensent bien. J'ai traversé le Parc de la Villeneuve entre deux heures et trois heures du matin. Bourré comme un coing avec sûrement à fond les ballons du radiohead, Noir désir ou du Lennon dans les oreilles. J'y ai connu les plus belles âmes, vu les plus beaux des sourires qui, oui, parfois brillaient derrière les mille feux d'une bagnole qui cramait sur l'avenue Marie Reynoard. Mais en voyant une bande de marmots de quatre ou six ans, je ne pouvais pas imaginer (même si, même si...) que seize ans plus tard, ils s'entretueraient à coup de marteaux et de couteaux.

Et pourtant, c'est dans cette ville que Kévin et Sofiane se sont fait brutalement assassinés. Je viens de voir à l'instant le regard de François Hollande, interpellé par cette maman qui dit avoir voté pour lui. Le regard en l'air, comme celui du nabot qui promettait des kärchers. Et même s'il a répondu par trois beaux mot que sont sécurité, justice et réussite, il semblait comme nous. Comme moi : abattu et impuissant devant de telles horreurs.

 

Et puis l'espoir est venu de là où je ne l'attendais pas. L'espoir, peut-être. La lumière, sûrement.

La mère de Kévin a dit vivre un "cauchemar éveillé". "Mais on est aussi réconfortés par l'élan de solidarité qu'il y a tout autour de nous. Ca me touche beaucoup, ça montre que ce pays a encore une âme", a-t-elle ajouté. Mme Noubissi a demandé "réparation" et "justice" et un peu plus de sécurité pour son quartier avec "des choses très simples", comme l'éclairage, la vidéosurveillance ou la police de proximité. "Je n'ai aucune haine... Plutôt de la pitié", a-t-elle ajouté.

 

http://www.jde.fr/imagesJournal/Banlieues1.jpg

 

Voilà ce que demande la maman. Les mamans. Des choses très simples. Comme l'éclairage, une police de proximité. De l'attention finalement. Dans tous les sens du terme. 

Et ça, droite et gauche confondues, il va falloir apprendre à le faire. Car il n'est pas trop tard. Mais un jour, très bientôt, il le sera. Et comme cela peut faire de la peine, quand la haine et la mort viennent frapper là où je suis né.

 

http://www.lexpress.fr/pictures/888/455038_des-fleurs-deposees-le-30-septembre-2012-dans-le-parc-de-la-villeneuve-a-echirolle-en-hommage-a-kevin-et-soliane.jpg

Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M

Super récit si je puis dire, mais on se comprend. Oui, toute cette violence est plus qu'inquiétante. Tiens récemment à Neuchâtel (Suisse) les conclusions d'une sale affaire:
http://www.rts.ch/info/regions/neuchatel/4307534-le-meurtrier-du-highlander-a-neuchatel-ecope-de-14-ans-de-prison.html En Suisse, il n'y a pas de cités à graves problèmes comme par exemple en
France. Mais, je constate des changements. La violence existe. Elle se manifeste sous différentes formes. L'alcool chez les jeunes fait des ravages bien plus que les petits fumeurs de pétards.
Violence gratuite, irrespect, etc.. Pour l'instant, nos écoles restent fortes avec une transmission du savoir qui se passe plutôt bien. C'est un socle formateur à l'unité du pays. Pas vraiment de
gros problèmes entre prof et élèves. Si cela arrive, les choses sont très vite réglées. De plus, l'absenthéisme à l'école est sévèrement contrôlé. Les parents sont placés clairement en face de
leurs responsabilités. Je crois surtout que l'élément économique est important dans la stabilité pour les parents. Même si l'on constate un chômage relativement élévé chez les jeunes, c'est clair
qu'entre un pays (Suisse) qui a 3% de chômeur et un (France) à +10% les conséquences sont bien entendues différentes. D'un côté, la société offre encore des perspectives et de l'autre l'horizon
semble bouché. Un pays qui n'a pas d'espoir peut sombrer très vite dans de diverses dérives collectives. Plusieurs pays en Europe avec leurs difficultés me font craindre le pire. A titre
personnel, je trouve très bien Manuel Valls tout comme la venue de Hollande dans la cité. Le pouvoir ne doit pas seulement honorer la disparition de ses soldats tombés à la guerre, mais être
aussi proche de ses simples citoyens dans les faits divers tragiques. La cohésion nationale passe par ce rapprochement. C'est un geste et signal fort devant impérativement être suivi d'effet. La
France me semble-t-il en a assez de cette politique spectacle à la Sarkozy. En finalité, j'ai surtout l'impression que la Gauche se ramasse toutes ces années de démolition de la Droite. Une
démolition pas qu'économique, mais surtout sociale et culturelle. La force d'un pays est sa capacité à faire face, mais surtout à se transformer. Là est tout l'enjeu du continent européen. Quand
je regarde les mineurs et les travailleurs de l'acier en France, je me dis qu'ils ont été sacrifiés bien plus par les politiques que par l'économique. Bien facile de dire aujourd'hui ce qu'il
fallait faire, mais c'est la conséquence de l'incapacité politique de n'avoir pas voulu préparer des générations à d'autres perspectives, à d'autres formations, à d'autres industries. Combien
d'emprûnts nationaux ont fini dans les poches des actionnaires pour en grande partie rassurer les marchers économiques? Alors que l'utilité, la responsabilité étaient d'investir dans le savoir
pour faire naître des entreprises du futur, car certains besoins se transforment eux aussi. Comprendre qu'abandonner un passé, c'est d'une certaine manière faire place au futur. Toutes ces
choses-là se savaient depuis bien longtemps. Rien ou si peu a été fait. La conséquence? Différents points sensibles se retrouvent désormais dans un même point avec une marge si faible et mettent
à nu les fragilités structurelles. Alors que d'autres pays ont enclenché depuis longtemps des virages de conversion. La France en est restée dans ses errements, ses institutions lourdes et trop
souvent poussièreuses. Tout en sachant que l'avenir ce n'est pas demain, c'était surtout hier. Sans vouloir être un donneur de leçon loin de ma conception, je m'interroge toujours pourquoi un si
petit pays comme la Suisse est aujourd'hui No1 de la compétitivité mondiale? On dira peut-être un brin facilement que les institutions bancaires y sont pour beaucoup, mais ça serait très
réducteur de ramener les choses à cela http://www.futuris.ch/breves/m/10-09-2010-La-Suisse-no-1-de-la-competitivite-mondiale-selon-le-WEF_a94.html?com. Pourquoi l'Allemagne pourtant quasi rasée
au sortie de la guerre est devenue une puissance éonomique? Pourquoi lorsque les français ont débarrassé les rois de France pour en faire une révolution proche du peuple voit ce même peuple
dépourvu des outils élémentaires de la démocratie directe? Oui, la violence vient aussi de la restriction politique de l'utilisation de la démocratie, du droit au référendum par exemple.
Lorsqu'un peuple n'a plus d'autres choix que de manifester parce qu'il ne se sent plus représenté devant le pouvoir, naît inévitablement des violences de tout ordre. Alors oui, les dérives de
toutes ces violences scolaires, industrielles, sociales et culturelles sont la conséquence de cette dislocation des institutions. Les gens vivent et se nourrissent des oppositions, des
protestations, des manifestations. Le pain quotidien. Un gamin voit son père manifester violemment contre son patron. Un père qui ne croit plus aux politiques. Ce même gamin se dit que de toute
façon si son père n'a pas ou plus d'avenir, alors le jeune homme se dit lui aussi qu'il n'aura pas d'avenir. Et qu'il n'y a que la protestation, que le passage en force, le passage à l'acte. Une
société qui ne fait qu'au final que de se nourrir de violence et de désespoir. Où les gens ne savent plus écouter et se parler. Où une jeunesse se réfugie dans d'autres univers, comme les jeux
virtuels et leur paquet de violence, dans les commerces illcites de l'argent facile, dans les religions pour se donner bonne conscience. Bien plus qu'un simple fait divers, deux jeunes sont morts
suite à un regard... Qu'en sera-t-il le jour où tout le monde sera aveugle? Voilà Maxime, quelques mots suite à cette sale affaire d'Echirolles qui m'a touchée et m'interroge sur le rôle de la
société d'aujourd'hui, mais surtout de demain.
Répondre
L


Merci pour ce point de vue Michel. Cela me fait penser à cette actualisté suisse de ces derniers jours :


«La Confédération et les cantons encouragent la formation musicale, en particulier des enfants et des jeunes»: voilà ce qu’en substance Suisses et Suissesses ont plébiscité à une large majorité
ce dimanche 23 septembre. Le texte entrera ainsi dans la Constitution.


Voir ici.


 


Bravo la Suisse !



N

Quand les plus beaux mots sur cette tragédie qui résonne si étrangement à mes oreilles de grenobloise viennent de Berlin, il n'y a qu'un mot : merci Maxime


Emotion du soir... espoir ?
Répondre
L


Oh bah c'est gentil ça Nadja. J'ai laissé parler le coeur, de grenoblois.