Don't Worry Baby (avec des frites)

Publié le par Maxime

"Il y a un an".
Combien de fois mes neurones connectent ces cinq mots ensemble depuis quelques semaines ?
Je ne sais pas.

Il y a un an j'allais au cinéma.
Vers 13h.
J'allais à l'hôpital aussi.
Le reste de la journée.
Je restais près de toi.
De l'est vers l'ouest, tant que le soleil remplissait le ciel de Grenoble. 

Jamais le cinéma ne m'avait tant paru, entre autre, comme un moyen d'échapper au quotidien.
Une fenêtre, un pont d'où l'on se jette.
Qu'importe.
Le quotidien c'était alors l'ascenseur dix fois trop grand qui mène en réa.
Le petit interphone pour demander à quelqu'un que je ne connais pas, si je peux venir te voir toi.
Quelqu'un que je connais bien.
Le couloir qui menait à ta chambre.
L'odeur du gel désinfectant.

J'avais vu WELCOME, j'avais vu LA JOURNÉE DE LA JUPE.
Il y a mieux pour se divertir que le reflet de la réalité de notre dur monde.
Mais j'avais bien profité du cinéma français.
J'avais mangé au Quick de la place Victor Hugo.
Grenoble était belle.
J'avais senti le printemps arriver en mangeant une entrecôte sur la place Grenette.
Au soleil.
Sans manteau.
Avec juste un pull à capuche.
Et des frites. 

J'avais mangé une entrecôte avec des frites et un pull à capuche.

Grenoble était belle. 
Et tu avais perdu ce bout de toi
Qui avait dégagé tant de ballons dans le camp adverse.

Mais il te restait la montagne.
Tu te redressais alors avec colère et avec quelques oreillers que l'on apprêtait.
Ou bien tu tendais ton cou.
Sur la gauche.
Comme on lance une branche.
Le plus loin possible.
Dans le Salagou. 
Et alors tu la voyais.

Tu la regardais la, ta, notre montagne.
Tu la dévorais.

Comment pouvait-on s'imaginer ?
Pas d'hirondelle.
Pas d'automne.
Tu étais déjà en train de t'en aller. 




Plus d'une fois dans ma blouse bleue que je n'arrivais pas à m'attacher tout seul, j'ai eu envie de te chanter des chansons. Du Brel bien sur mais aussi d'autres. Je te parlais en anglais parfois et tu souriais en répondant en anglais. Peut-être aurais-je pu chanter "Don't Worry Baby" des Beach Boys ? Aujourd'hui, un an après, j'en crève d'envie. Même si c'est dans le vide. Même si c'est bien pourri, avec une seule voix, de tenter de reproduire les harmonies du quintette.

Anyway...


 

Publié dans perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L

ben moi j'ai  prévu une chanson, comme l'avait suggéré Mathilde, pas en anglais, promis. Je pense à vous très fort et vous embrasse.


Répondre
M

Oh super... égale à toi même hein ? Tu es trop gentille. Merci !


M

Je pense que le week-end sera dur, mais je crois qu'il n'aurait pas aimé nous voir triste, en plus nous serons réunis, et ils resteront dans nos coeurs, Francis, Martine, mémé, les 2 pépés, et tous
les autres à qui nous tenions tant !
A samedi 


Répondre
M

Non le week-end ira bien tu verras.

Tu sais, à la lecture de mes conneries, je vois bien que ça transpire de tristesse mais je t'assure qu'au contraire c'est vachement libérateur (en ce qui ME concerne) et avec le ciel bleu
berlinois aidant, je suis plein d'énergie et d'amour. Je vous espère pas tant envahies par la tristesse que ça.


M

merci de mettre des mots, de mettre tes mots sur le mal et la nostalgie qui m'envahi aussi en ce moment...


Répondre
M

Je suis aussi là pour ça.