En colère !

Publié le par Maxime

J'aime bien être en colère. Révolté.

 

Je n'aime pas être en colère. Révolté ouais.

 

Disons que si ça faisait maigrir, je serais plus souvent en colère. Mais il faut bien dire que je ne conçois pas la vie sans être en colère. Sans être révolté pardon. Être révolté c'est être vivant. C'est rester vivant.

 

Et puis il y a le mois de juin.

Le pré-juillet. Le ressac de la plage qu'on entend ou croit entendre dans la clim' du bureau. Alors là, dans ces moments là, il ne faut pas hésiter à faire appel à un ami. A un frère. Quelqu'un qui veille pour que la révolte ne s'éteigne pas.

 

Tout ça pour vous dire que je poste exceptionnellement ici, mot pour mot, ce que j'ai reçu de Big Dave cet après-midi. Big Dave veille sur le grain, et le bon ! Il m'a crié son dégoût qui ne pouvait que rejoindre le mien.

Voilà, je poste, je laisse tel quel car je pense la même chose même s'il le dit bien mieux que je ne l'aurais pu.

 

Merci Big Dave !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tiens pour alimenter ton blog, article édifiant sur les relations entre pouvoir et média en France…

 

http://www.numerama.com/magazine/15909-nicolas-sarkozy-ne-veut-pas-voir-xavier-niel-posseder-le-monde.html

 

Moi ça m’a fait halluciner…


Sans compter ce que l’on doit appeler maintenant « l’affaire Boutin »… je passe un peu de temps à lire les réactions des abonnés. Généralement ça me fait bondir. Mais les réactions sont assez représentatives de ce que pensent les gens généralement. Et sur Boutin, pas une seule réaction positive. C’est vrai qu’entendre qu’elle est rétribuée en fonction de ce qu’elle fait… moi je suis payé assistant d’étude et je fais le boulot d’ingénieur, et je suis dans la fonction publique…


La colère gronde chez nous. Les impairs de Sarko et de sa bande alimentent les rancœurs des gens à l’égard des politiques. Beaucoup de français d’une part ne se reconnaissent pas dans la politique du gouvernement actuel, sont scandalisé par les écarts de ses membres, mais beaucoup sont en train d’assimiler le pouvoir sarkosien et sarkosiste aux politiques en général, et ça c’est pas bon du tout pour 2012. Dans 2 ans Le Pen ne pourra pas percer parce que trop vieux et pas crédible. Par contre sa fille qui joue la vierge effarouchée risquerait de s’implanter durablement dans le pays, voire se retrouver au 2e tour comme son père.


J’ai les boules j’ai les glandes, j’ai les crottes de nez qui pendent…

 

Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

N


Merci pour cette image qui résume bien notre beau pays :-D


Cela dit, tu as un blog qui vit, c'est cool, non ?


Toujours un plaisir de te lire aussi :)



Répondre
M


C'est vrai, c'est sympa !



N


Max, arrête de mettre le bronx dans tes connaissances avec des sujets comme ça ! Surtout, que tu n'es même pas là d'abord !!! grrr :-D



Répondre
M


Cette petite interpellation ("vos papiers s'il vous plaît" avec l'accent de Marseille) me permet de saisir la balle au bond pour en placer une.


 


Non pas que j'attendais qu'on m'appelle. Mais le manque de temps (et ouais une fois de plus) mais surtout la teneur de vos échanges ne m'ont pas permis ou encouragé d'intervenir. Je dis la
teneur, rien de mauvais là dedans hein ? Je suis bien content de voir un tel débat (un des plus vieux du monde ?) avoir lieu ici. Comme tu dis Nono, qu'est-ce qu'il m'a pris de mettre le
souk (Marrakech oblige) dans mes amis. Je dis "amis" car malgré les opinions de certains (comment ça je taquine ??? ),
vous êtes mes amis. Et même plus dans le cas de la faignasse gratteuse de terre mérovingienne que vous payez à écrire sur monblogàmoi.


 


Bon trêve de bêtises. Je voulais m'excuser de vous avoir tous les trois (et d'autres ) exposés au redoutable bleu sur marron. A vomir ces couleurs ! Surtout quand on en lit plus de...
trois lignes. J'ai bien tenté de modifier tout ça au fur et à mesure de vos redoutables, précis, imprécis mais toujours engageants échanges. Mais ce fut vain. Je suis une bille en mise en page.


 


Merci à vous en tout cas, ce fut un plaisir de vous lire et je n'avais, je le répète pas les connaissances ni la verve pour vous rejoindre sur ce débat.


 


 


ps : je dis merci mais vous pouvez vous foutre sur la gueule encore
si vous le souhaitez hein ?



N


Fred, c'est exactement ce que je voulais dire dans ma phrase "Pour finir, je pense juste qu'un gros problème de la France c'est l'ignorance, l'ignorance de la situation dans les autres pays
européens comparables à la France.". Beaucoup de pays nous envient parce que nous avons déjà beaucoup mais les français ne le voient pas par ignorance de ce que les autres pays peuvent s'offrir
comparativement à nous. Je n'aimerais pas être espagnol ou grec par les temps qui courent et je me contenterai donc de rester français sans réclamer plus mais en exigeant un contrôle des dépenses
et le pilonage des excès.


J'apprécie Big Dave, je n'ai rien à ajouter si ce n'est :
Par rapport aux actionnaires, nous sommes dans un système qui veut que des actionnaires achètent des parts des sociétés, cet argent étant investi dans les moyens et les projets de la dite
société. La contre-partie, c'est qu'on leur verse un dividende proportionnel aux nombre de parts achetés, sachant qu'une partie de ce dividende est taxé et revient à l'Etat. Quand la boite coule,
l'actionnaire dit adieu à son argent. Bon, vous savez tous ça mais on a parfois l'impression, dans certains discours, que les actionnaires volent cet argent (contrairement aux pseudo-rapports,
commissions machin truc ou emplois fictifs). Non, ils font partie d'un système au même titre que nous mais nous n'avons pas la même utilité dans ce jeu, c'est tout :-D

Plus sérieusement, Je m'en fous de la gueguerre fonctionnaires et salariés du privé, c'est pas le problème. Il faut voir plus large, privé ou publique, à notre niveau, nous ne faisons que nous
partager les miettes qui restent.

Pour ton petit jeu, j'ai du mal à choisir devant le choix, que ce soit à gauche ou droite... ;-)


Bon aller, j'arrête, on discutera de ça une fois que les syndicats (non représentatifs en France je le rappelle) et le gourvernement ne se seront évidement pas entendu sur notre sort ;-)



Répondre
B


Ha si, dernière réaction sur les chiffres que propose Nono, notamment le fait que 40% du budget de l'Etat soit pris par le traitement des fonctionnaire.


Faisons un rapide parallèle avec une entreprise privée.


La masse salariale correspond à l'essentiel de la dépense d'une entreprise. Une partie des bénéfices sont relançés dans l'investissement. Une minuscule partie des profits est redistribuée au
salarié sous forme de participation ou de prime quand il a de la chance.


Lorsque un patron veut réduire son coût salarial pour soit tirer plus de marge pour lui et ses actionnaires (majeure partie des cas) soit pour limiter les déficits de son entreprises qui se casse
la gueule, il délocalise vers un pays où les ouvriers trvaillent pour une feuille de salade. Moi ça me plairiat bien de proposer à Boutin, MAM, Pecresse , au fils de Sarko aussi tiens, de leur
faire une offre d'emploi "raisonnable" avec un poste en Roumanie ou en Bulgarie... du coup ils pourraient avoir le même train de vie mais en nous coutant moins cher.


Et tant qu'à parler des coûts de fonctionnement de l'Etat, pourquoi ne pas parler de ses profits qui se partagent entre ses actionnaires : profits : une éducation et une santé pour tous, un
réseau routier développé, des régions désenclavées, une justice équitable et une sécurité des biens et des personnes, etc. Les actionnaires : les pleu pleu qui paient des impôts, les pleupleupleu
qui n'en paient pas parceque pas assez riche (l'essentiel des ménages français) et m$me les pleux qui bénéficie du bouclier fiscal et des services d'un comptable qui leur évite de payer trops
d'argent, car comme dit un des patrons du CAC, le problème des riches est que les produits qu'ils convoitent sont de plus en plus cher, et que par conséquent il ne peut pas décemment sacrifier sa
rolex au détriment des plus démunis.


Un petit jeu : a celui qui trouvera la reflexion (d'un mec de gauche ou de droite on s'en fout) la plus déguelasse !!



Répondre
B


Bon, pour terminer en calmant le jeu, puisque c'est moi qui est lançé le débat, on va dire que tout le monde a des arguments solides, nos points ce vue sont divergent parce que nos sensibilités
politiques et nos expériences sont différentes.


Je comprend Nono, et ses arguments sont bienvenus, meêm si je ne suis pas d'accord avec toutes les interprétations.


Le concour de la FP est en effet à revoir dans sa conception. Ce qui me chagrine personnellement dans ce cadre là c'est que, société évoluant oblige, la plupart de ceux qui vont paser les
concours de catégorie B voire C sont ultra diplômés, genre bac+5 voire un doctorat. Etre hautement diplômé en France est un réel handicap car les postes sont peu nombreux, où alors il faut avoir
le courage d'aller à l'étranger. Je dis bien courage car abandonner son cadre, sa famille et ses amis est un réel sacrifice. Les auteurs/lecteurs de ce blog savent de quoi il retourne. Du coup,
les pauvre gars qui est moins diplômé se retrouve sur la touche. Ultra diplômés sous employés, ce qui est en partie une raison du malaise des jeunes générations chez nous, dont j'espère encore
faire partie !!


Et encore, quand on voit ce qui se passe en Grèce ! Misère...


Je ne doute pas que Nono voient clairment ce qui se passe chez les Roesbiff, dont beaucoup haullucine en effet sur les froggies mais qui en secret sont nostalgiques de l'ère pré-tatchérienne.


Il y a en effet moyen de faire des économies dans le public. Prenons un exemple que je connais bien qui est l'archéologie. Pour une seule et même ville comme Angers vous avez un service
municipal, un service départemental, un service régional, un institut national plus une multitude d'opératuers privés qui se tirent la bourre pour intervenir sur les chantier de la capitale
angevine...


Chaque collectivité territoriale a des compétences distincte. Mais il y a en effet peut être moyen de condenser certains services qui ont les mêmes attributions. De toute façon la logique
économique actuelle va forcer ce schéma malgré tout. Après, le calcul purement mathématique élyséen est par trop réducteur et ne tient pas compte de la complexité de la réalité du terrain. Enfin
je ne sais pas si cette dernière phrase est bien claire !


Je ne doute pas non pplus que Nono reconniasse toute l'utilité du service public, dont le sens a été perverti par nos poitiques et plusieurs Haut, moyens et bas fonctionnaires. Nombreux sont ceux
qui cherchent à tirer profit du système.


La privatisation des moyens des transports aériens a eu entre autre deux effets majeurs, l'un positif, l'autre négatif : le positif, c'est bien sûre la réduction des coûts pour les usagers (au
détriment d'une pression accrue sur les salariés). Bien sûre que je suis content de ne payer que 80 euros l'aller-retour pour Marrakech ! Mais d'un autre côté je me sens mal à l'aise de voir les
conditions de travail que cela implique pour les gens qui bossent dans ces compagnies. Le négatif : course à l'économie et au profit, donc négligeances sur les entretients des appreil et mise en
danger des passagers.


Ce sera pareil pour le train : le passager paiera peut être moins cher (à voir), mais des condtions de travail dégradées et surtout des conditions de sécurité non optimale. Depuis quand date le
dernier accident ferroviaire mortel en France ? En Angleterre, la déreglementation du rail a entrainé des accidents dramatiques en cascade. En effet, Fred a un très bon lien pour The Navigators.


Pour les retraites, je trouverais plus juste en effet que public et privé soit alignés. mais pourquoi aligner le public sur le privé alors qu'on peut faire le contraire ? Parceque les
actionnaires et son bras armé en France le Médef refusent de "laisser les pauvres aller jouer au golf" (phrase de De Sélière). L'actionnariat, la finance et la bourse sont LE problème fondamental
de notre société actuellement.


En France, moins de 100 familles se partagent 90 % du patrimoine. Nono ne fait pas partie de ces 10%, Fred non plus, moi non plus...


Vous savez la différence entre 68 et aujourd'hui ? en 68 les gens, probablement naïf je ne me permettrais pas de les juger, voulaient changer le monde. Aujourd'hui les gens ne veulent pas le
changer, ils veulent leur part du gâteau. La grande majorité des gens qui ontété scandalisés par l'affaire Boutin n'ont pas été choqués par l'énormité du salaire en tant que tel, mais par rapport
à la différence avec le leur...


Il y aura toujours de l'argentn notre société n'est pas en faillite. Par contre les politiques veulent nous faire croire que l'on est en banqueroute, pour pouvoir faire passer des réformes
nécessaires mais trop souvent bâclées, pour faire plaisir à une poignée de bureaucrates logés à grand frais à Bruxelles et donc l'unique but est de dépecer la société civile de leurs acquis pour
en tirer un profit pécunier substantiel. Bruxelles s'est aligné sur l'idéologie anglo saxonne qui place l'argent et la réussite financière en haut du panier.


Ne t'inquiète pas pour tes enfants Nonos, ils grandiront dans un pays, certes avec de nombreux défauts mais aussi pas mal de qualités, et surtout dans un cadre familial socialement privilégié (le
teme privilégié n'étant pas ici péjoratif : privilégié par le fait que les parents travaillent, ont un certain niveau culturel et une certaine ouverture d'esprit). Je m'inquièterais plus si tu
vivais en haut d'une tour de la cité des 4000.


Pour apporter de l'eau au moulin de Nono, dans mon domaine il y a une floppée de chargés de mission qui pompent inutilement nos budgets déjà bien minces. Les supprimer serait une bonne chose,
mais du bas de l'échelle on ne peut rien faire.


Les gens à l'accueil dans les services sont en effet assez souvent malaimables. Un stage en bout de chaîne leur ferait probablement du bien afin qu'ils relativisent quelque peu leur situation.


Par contre prenons garde à la guerre des chiffres. L'Insee est un excellent institut, mais le problème des chiffres et des statistiques est que l'on peu leur faire dire à peu près n'importe quoi.
Si tu écoute le débat éco de France Inter le vendredi matin, les deux économistes ont des interprétations radicalement différentes des même chiffres.


Je tâche de ragredr tous les matins les unes des différents journeaux toute couleur confondue et de constulter au moins une fois par semaine le Der spiegel et le Guardian, afin d'avoirun point de
vue étranger sur nos affaires franco françaises.


Fred à raison sur un point : vivre à l'étranger nous ouvre pas mal les yeux et l'esprit. J'ai aussi vécu en Grande Bretagne, à l'époque de John Major. J'ai passé du temps en Chine et avec ma
petite femme on essaie de pas mal vadrouiller à l'étranger. Notre système social, bien qu'ayant des failles, restent un des meilleurs. Oui lil a un coût, très important même. Mais que l'on ne me
fasse pas croire que les banques peuvent être sauvées à coût de centaines de milliards et pas notre système social... Actuellement, les pays nordistes ont un meilleur système que le notre. D'une
part ils sont plus petits et ont les revenus du pétrole, d'autre part ils sont mieux gérés.


Fred à raison sur un autre point : notre mode de vie est envié par les étrangers, qui soit dit en passant ne voient que le bon côté des choses mis en avant par leurs médias. Nous ommes réputés
pour trois choses : notre système social, notre savoir vivre (le romantique buveur de vin portant son beret à une terrasse de café) et sa capacité à guillotiner les rois...


Bref, apaisons les coeurs et ne nous trompons pas d'adversaire : celui qui presse l'homme comme un citron avant de la jeter et de délocaliser son entreprise pour pouvoir se faire dorer la pilule
du côté de Malte sur un yatch de 40 m ! Entre le Soviet Suprême et Wall Street il y a u  juste milieu, battons nous pour celui ci !


 


Hasta siempre la revolucion !!!


 


 


 


 



Répondre
F


Relis ton premier post pour voir si tu n'es pas caricatural.


Pour info sur la connaissance de la France vue de l'etranger, tout le monde te dira "On envie le systeme social francais". Pour info, j'ai VECU 3 ans au Royaume uni, 4 ans en Grece et en Italie,
alors je connais. J'ai bosse' dans le prive' et le public merci pour tes remarques.


Essaye un peu d'ouvrir les yeux et de ne pas etre "parti pris" simplement par ce qu'on l'a dit a la TV.



Répondre
N


Bon apparemment, vous n'avez ttoujours pas compris que je n'aime pas les anglais et que je parlais juste de l'idée de référendum pour choisir les services publiques à privilégier, que cette idée
soit anglaise ou pas, je m'en fous.

Pour le reste, il faut juste ne pas lire trop vite. Concernant le débat lancé via le billet posté de Maxime, comme trop souvent, on prend des bribes et on caricature...

Alors dans l'ordre :
1) Oui FT est devenu rentable depuis que la société a été privatisée. Renault est un géant mondial, la SNCF est bloqué en interne par les syndicats. La Caisse d'epargne est une banque et n'était
d'entrée de jeu pas la mieux placée par rapport à la concurrence sur son marché, elle n'a plus son privilège du monopole du livret A non plus.
2) si tu ne crois plus au système démocratique français, ne va plus voter et laisse ceux qui votent s'exprimer.
3) Caricature de mes propos. Relis mon précédent post.
4) ok, on en recrute plus, on augmente le budget de l'état et on augmente les impôts en conséquences, bravo. Les cotisations retraite des fonctionnaires ne sont que des retenues sur un coût que
constituent les salaires de la fonction publique. La fonction publique ne s'auto-finance pas.
5) ma première source : l'INSEE, les publications sont dispo en ligne,  mais je suppose que c'est un organisme pourri aussi, non ? comme tous ceux qui ne sont plus d'accord pour payer pour
les abus des organismes publiques....
6) Je n'ai pas dit untel ou untel est mieux, caricature de mes propos, relis mon précédent post.
Les oisifs dans le privé, on peut les virer. Si l'entreprise qui les embauchent ne le font pas, c'est leur problème et n'a pas de conséquences sur la communauté.
7) Je parlais de la reconnaissance professionnelle pour passer les concours, pas une fois en place. Relis mon post, j'explique l'histoire de bac+2 et 10 ans d'expérience et les concours ouverts
aux bac+4, elle est là la rigidité. Par contre, vous êtes une femme avec 3 enfants, vous êtes considérée comme apte à être professeur des écoles, va comprendre...
8) Oui il y en a, ca n'est pas ma personnalité. Du reste, quand ton patron te demande de venir 1 heure plus tôt ou de reste 2h plus tard, t'as pas le choix.
9) oui je ne fais effectivement pas de généralités puisque j'ai pris le soin de sortir les chiffres officiels et que j'ai surtout parlé de, je me cite, "les administrations centrales,
établissements administratifs, collectivités territoriales, divers centres".
10) Ah bon, ca te semble débile d'envisager rassembler 50 personnes dans un seul batîment avec un loyer et des services généraux communs plutôt que de laisser 25 personnes séparées ?! C'est bien
connu, faire appartement séparé à toujours fait des économies dans les familles... Et non, je ne suis ni Sarkozyste, ni démago du PS.
11) Oui, je parle de l'ignorance de ce qui existe autour du territoire gaulois. Demande à Maxime, il pourra te raconter ce qu'il considère comme des caricatures de français par rapport à ce qu'il
a pu voir en VIVANT à l'étranger (Irlande, Allemagne). Mais je comprends qu'il soit difficile de se remettre en cause, difficile pour les français vis à vis des autres pays, difficile vis à vis
de sa situation personnelle.
12) Caricature de mes propos encore une fois. Je n'ai pas parlé de ça, j'ai émis l'idée de demander aux français quelles priorités ils souhaiteraient voir appliquer par rapport aux services que
nous payons.

Bon aller, je laisse tomber. Comme d'habitude en France, pas moyen de faire des compromis et une discussion ne peut finir que comme ton post, caricature, exagération des propos et, au final,
aucune remise en cause dans un sens ou dans l'autre. Alors restons comme on est, ne bougeons surtout rien et on fera crever nos gosses pour qu'ils puissent nous entretenir.



Répondre
F


Petites remarques:

- La Caisse d'Epargne, Renault, la SNCF, EDF et France Telecom marchent vachement mieux depuis qu'on les a privatisées.
- Les députés écoutent nos doléances (elle est bien bonne celle là...)
- Au fait c'est quoi la fonction publique? Les hopitaux, les profs (les pires ceux là à ne bosser que 15 heures par semaine), Radio France, les maisons de retraite, les établissements pour
handicapés, la police etc...C'est vrai, que des gens qui fouttent rien..
- On ne remplace pas 1 fonctionnaire sur 2 => Il y en aura plus en retraite dans quelques annees. Solution? Ben, en recruter plus ;)
- "la plupart des gens qui se sont réellement pencher sur le sujet"...C'est à dire? Jean Jacques Bourdin? Eric Zemmour? Jacques Attali? Ah oui, mais c'est bien sûr... "Les Experts".

C'est vrai que le privé c'est quand même mieux. On se fait trime à longueur d'années pour être productif, aimer sa boite et se faire **** lorsque le résultat est positif. Les profits sont alors
distribués aux "vrais productifs" les actionnaires, ceux sans qui il n'y aurait pas d'économie. Ce qui est repoché aux fonctionnaires n'est jamais reproché aux oisifs, c'est bizarre. S'ils ne
sont pas une charge sur les impôts, ils sont un manque à gagner sur les salaires.

- Les concours sont ouverts pour la plupart sans condition d'age. Mais c'est vrai, il faut se renseigner et c'est bien fatigant. "concours rigide" => c'est a dire? Il y a bien reconnaissance
de l'experience professionnelle (2 ans de travail dans le privé = 1 échelon) mais... il faut se renseigner (oui mais c'est tellement mieux de dire des conneries). "l'évolution professionnelle se
fait en majeure partie à l'ancienneté" => Personne ne t'empeche de bosser pour passer des concours pour progresser et changer de status.
-"dans le privé, pour être augmenté, il faut savoir travailler" => Non mais serieux tu bosses où? Moi j'ai toujours vu les petits copains du patron être promus avant les autres...Ah oui mais
ça c'est du boulot ;)
-"je ne veux pas faire de généralité"...Heureusement ;)
-"aux objectifs, la productivité, que les administrations ne soient pas centralisées pour réduire les coûts fixes"  Je commence a comprendre...Tu serais pas un peu Sarkoziste? Et les anglais
comme modèle...
-"je pense juste qu'un gros problème de la France c'est l'ignorance": Non là je vais être méchant..

A la question: "Pensez vous que les fonctionnaires communistes fénéants privilégiés qui font peser un lourd fardeau à la France devraient travailler plus et être moins nombreux (voir moins
payés)? On a un "oui" à 95% Jean Jacques! La démocratie a parlé"

2 films pour comprendre l'Angleterre (l'ignorance de la situation dans les autres pays européens comparables à la France)
http://www.diaphana.fr/thenavigators/
http://www.imdb.fr/title/tt0807054/combined



Répondre
N


Tu n'es pas le premier à me dire que les gens progressistes sont très mal vus dans la fonction publique et qu'ils sont susceptibles de rapidement finir dans un placard. Ca montre bien un
immobilisme dans un système qui ne veut pas se réformer. Il n'y a qu'à regarder les syndicats de l'Education nationale pour s'en convaincre...

Tu n'es pas non plus le premier à dire que l'état-employeur est un escroc.

Quelques données :
- Fonction publique = un peu plus de 5 millions de personnes = 20 % des emplois en France !
-Répartition :
    fonction publique d'état = 50% des effectifs
    fonction publique territoriale = 30% des effectifs
    fonction publique hospitalière = 20% des effectifs
- Salaires et retraites des fonctionnaires = 40 % du budget de l'Etat.
- Age moyen de départ à la retraite des fonctionnaires = 58 ans, presque 3 de moins que dans le privé.
- Je laisse tomber pour le calcul basé sur les 6 derniers mois et pas sur les 25 meilleures années etc...

Je ne fais pas de polémique sur le nombre de fonctionnaires. Prendre le nombre global de fonctionnaires est effectivement idiot. Ton discours rejoint ma pensée concernant la répartition.
Il y a, et tout le monde le reconnaît, un problème de répartition mais on n'y fait pas grand chose.
Le problème est France est que, dès qu'on veut parler du statut des uns et des autres, les syndicats et autres nous ressortent les exemples du postier et de la maternité. Le problème n'est pas
là. La priorité pour moi est d'étudier les catégories dont nos fameux amis postiers, sage-femmes et prof ne font pas partie (càd regarder dans les administrations centrales, établissements
administratifs, collectivités territoriales, divers centres).
Alors que partout en Europe, le nombre de fonctionnaires baissait dans les années 80 et 90, il augmentait en France. Alors même que des gains de productivité énormes étaient réalisés, notamment
grâce à l'informatique. Et pourtant, les organismes de contrôle n'ont pas beaucoup profité de ces nouveaux effectifs.
La réalité n'est pas que les fonctionnaires ne font rien ou qu'il y en a forcément trop dans les Services au publique mais qu'on a crée tout et n'importe quoi comme organismes, missions d'études
etc. et qui coûtent relativement cher.
Le cas Bouttin est intéressant mais il faut bien voir que derrière les 9600€ d'indemnités pour son propre compte, il y a aussi 3 collaborateurs payés chacun entre 5000 et 7000€ chacun, plus les
locaux ! Et des abérrations comme celles-là, il en existe des dizaines (commisions machin, conseillers truc, assistant chose).

2 autres exemples concrets et vécus :
    - PoleEmploi, évidemment que la fusion n'est pas arrivée au meilleur moment mais, concernant les réformes, ca n'est jamais le bon moment et quitte à le faire, même si c'est
avec beaucoup de difficultés, à un moment donné et bien vaille que vaille, il faut prendre des risques un peu pour avancer. Et oui, je sais et j'ai vu qu'il y a eu de gros gros problèmes de
formation mais ca s'arrangera avec le temps et puis il faut arrêter de croire que le marché de l'emploi n'est accessible que par PoleEmploi, c'est une goutte d'eau en fait.
    - Sécurité sociale. Je commence un nouveau job lundi prochain et j'ai besoin d'une attestion carte vitale. Je me rends au centre le plus proche de chez moi. Normalement, on
peut l'imprimer tout seul à une borne. La borne ne fonctionnait pas et il n'y en avait qu'une. Me voilà donc résigné à prendre un ticket pour faire la queue avec les autres. 4 personnes devant
moi, 2 guichets, ça devrait aller, je vais avoir le temps de récupérer mon bout de papier avant d'aller chercher mes enfants à l'école. Hé bien non parce qu'arrivé à 16h30, fermeture du guichet
central parce que l'heure c'est l'heure et, je cite, "j'ai dépassé mon quota de présence guichet"...
Dans quelle entreprise au monde une personne affectée au service au client décide d'elle-même et sèchement de ne plus servir  les clients en attente et laisse son unique collègue restant
pataugé alors même que des personnes continuent d'arriver ? Résultat, 4 personnes pour un guichet au lieu de deux, ca prend 2 fois plus de temps, c'est mathématique. Alors quand on me dit que la
priorité c'est le service aux administrés, ça me fait juste sourire. Je passe sur la personne à l'accueil de ma Mairie à qui j'ai appris à répondre en répétant 3 fois mes salutations. Ce sont des
exemples bêtes mais c'est le genre de choses qui énervent et qui font dire primairement "ah ben la voilà la fonction publique".

Concernant l'Angleterre, je ne parlais que de l'idée démocratique d'un référendum pour laisser les gens décider par eux-mêmes au lieu de laisser les décisions être prises par des syndicats, NON
représentatifs en France je le rappelle, à coups de rapports de force et autres défiles. Je ne parlais pas de la situation économique qui justement devrait nous faire réfléchir en France.

Pour finir, je pense juste qu'un gros problème de la France c'est l'ignorance, l'ignorance de la situation dans les autres pays européens comparables à la France. On croit qu'on va pouvoir vivre
avec le même train de vie que pendant les trente glorieuses et sans remettre en question certains des fameux "acquis", comme si le Monde n'avait pas changé en 50 ans.
Et, d'un point de vue plus moral (oui, je sais, c'est un mot de droite et c'est caca), je me refuse à faire subir à mes enfants ce que la génération yéyé de nos parents nous inflige actuellement
pour garder l'illusion de la richesse et du train de vie qu'à leur belle époque.
Bref, la question n'est pas de savoir si la fonction publique est néfaste ou pas, mais de savoir ce que nous pouvons encore nous payer à l'heure actuelle afin que la majorité ne soit pas lesée et
ne pas mettre sur le dos des générations prochaines le coût des privilèges d'une minorité actuelle.



Répondre
B


C'est rigolo Nono


 


je me reconnais dans pas mal de truc que tu dénonce. En effet, en fonction publique on ne licencie pas, même pour une faute professionnelle grave. Au mieux on mute la personne.C'est désolant et
ragant. Dans mon service, lutter contre le corporatisme et dénoncer les écarts de ses collègues nous amène les foudres de ces derniers, mais aussi de la hiérarchie. On passe pour un facho, voire
pire pour un sarkosiste !! C'est dire !


l'administration en général a besoin de réforme. Personne ne le nie, et la plupart des fonctionnaires le savent. C'est la façon dont la réforme est faite qui coince. Exemple de la fusion Assedic
Anpe. La réforme est justifiée, d'une logique imparable. Pourtant ce sont deux métiers différents, et on a filé à peine une semaine de formation aux agents pour qu'ils apprennent le métier de
l'autre. Forcément les rouages se grippent. Les objectifs chiffrés, ça fait un bout de temps qu'on y est soumis. Mon père a été postier 35 ans. 35 ans à rouler par tous les temps, 6 jours sur 7
et de 6 heures à 14 heures. Il devait atteindre des objectifs commerciaux : tant de livret vendu, dans d'enveloppes prétimbrées vendue, etc. Faire de la résistance à ce système parceque sa
"clientèle" est constituée de 70% de chômeurs lui a valu pas mal de remontrances.


D'accord, les objectifs ça ne fait pas partie de la culture du fonctionnaire, donc ça coince à bien des égards. Pour le pôle emploi, système informatique défectueux, des objectifs de type passer
17 minutes par entretient et au téléphone la communication se coupe automatiquement après 8 minutes et quelque...


La notion que l'on oublie est celle du SERVICE public, celui qui est censé améliorer le quotidien des gens.Cette notion est à l'opposé de celle de la rentabilité. Le papy ou la mamy de
perpette-les-oies ne peut pas forcément se déplacer ne serait ce qu'à 20 bornes pour retirer sa pension. La santé et l'éducation n'ont pas à être soumis au règne de la rentabilité, l'accès à
l'éducation et à la santé pour tous est encore un droit chez nous. Je ne dis pas qu'il ne doit pas y avoir de contrôle ou de cadre, mais je trouve abérrant de devoir faire 60 bornes pour aller à
la maternité la plus proche... je trouve encore plus choquant de voir des médecins faire le strict minimum à l'hospital pour pousser les patients à aller dans leur cliniques privées et les
dépouiller littéralement.


Il y a de nombreuses brebis galeuses dans la fonction publique, c'est vrai, malheureusement s'en débarrasser relève de la mission impossible, et encore plus malheureusement ce sont ces "modèles"
qui servent à stigmatiser les fonctionnaires.


Si cela peut te rassurer on est en voie de disparition. Le nombre de fonctionnaire statutaire sera en effet diminué de moitié. Mais le nombre de personne travaillant dans l'administration sera le
même à peu de chose près : des CDD, des contrats de droits privés, plus maléables, plus corvéables.


A titre d'exemple, j'ai bac +5, j'ai été CDD pour l'administration pendant presque 10 ans avant d'avoir le "concours" (comme au CNRS un entretient avec un jury composé d'universitaires et de
hauts fonctionnaires), j'ai déménagé une douzaine de fois, et comme tout CDD j'ai aussi eu des périodes de chômage. Je suis staturairement rémunéré comme assistant d'étude alors que je fais un
boulot d'ingénieur à plein temps depuis 5 ans. Ca c'est aussi l'administration, qui est la première à ne pas respecter le droit du travail.


Le but des différents gouvernements, toute couleur politique confondue, a été depuis des années de faire gripper le système afin de démontrer l'inefficacité des services publics, et ils y
arrivent très bien. il est certain que diminuer les moyens d'un côté et d'augmenter les objectifs de l'autre ça fini par coincer. C'est comme dans le privé faut pas se leurrer. Moi j'ai de la
chance d'être dans un service où la pression est moindre, en archéologie on est tous des post soixantehuitards anars !!!


La plupart des gens que je connais ne défile pas dans la rue par gaité de coeur. Quand on touche 1300 euros par mois, une journée de grève ça fait mal au porte feuille, car nos journées de grève
sont décomptées. Sauf pour les quelques fourbes qui défilent sans se déclarer gréviste... Nous sommes concient des défauts du privé, et c'est pourquoi on est nombreux à relativiser notre place.


Quant aux anglais, leur donner le choix entre le choléras et la peste, je ne suis pas sûre que ce soit très démocratique. Le référendum est l'outil du popullisme et du poujadisme. N'oublions pas
que les nazis ou que les radicaux du hamas sont arrivés au pouvoir de façon démocratique. Les choses qui ne rapportent pas d'argent et qui en coûte ne sont pas forcément inutiles. Un pays sans
culture ou sans recherche fondamentale est un pays qui meure, un pays sans déficit est un pays qui n'évolue pas car ce sont les déficits qui paient les aménagments du territoire et les services
publics. C'est triste mais c'est comme ça. Vivre en Angleterre depuis Tatcher c'est agréable quand on a une bonne situation, pas quand on habite à Eastend où dans la banlieue de Manchester. Se
faire refuser des urgences quand on a pas de carte bleue n'est souahitable pour personne. Payer 3000 euros son année de fac c'est déguelasse.


Tout se paie un jour. Malheureusement, les profits sont privatisés, les pertes sont sociabilisées. toi comme moi on est les dindons.


Même si nos points de vue divergent sur de nombreux points, on en demeurre pas moins d'accord sur de nombreux autres !


Bon sur ce je retourne bosser, parceque je viens de dépensser une partie de tes impôt à faire ces remarques !


 


 



Répondre
N


Je m'étonne que mes propos soient aussi mal compris

1) Je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas dénoncer mais que c'était des babiolles. Il est plus facile et plus rentable en terme de ventes pour les média de taper nommément sur des personnes que de
dénoncer des systèmes plus abstraits en place. De plus, si c'était vraiment le silence, on ne nous emm... pas avec ça depuis deux jours. Pour finir, il suffit d'écrire à ton député pour réclamer
la proposition d'une loi visant à interdire le cumul des retraites du public avec des indemnités d'une autre activité publique (proposition d'ailleurs faite par le ministre E. Woerth ce matin,
comme quoi... hein...).

2) Je n'oppose pas privé et public. J'ai parlé des privilèges de "la fonction publique" en général.
Des privilèges existent aussi dans le monde du privé mais, grosse différence, ne concernent pas de l'argent publique et ne se font pas au dépend de la communauté... enfin... de ceux qui paient
des impôts tout du moins (ca aussi on pourrait en parler...).
    Le régime de retraite de la fonction publique EST un régime spécial et divergeant du régime général, ne serait-ce qu'avec son mode de calcul.
    Juste rappeler aussi un fait mathématique. On ne renouvelle pas les effectifs de fonctionnaires à raison d'un poste sur deux. Ca veut donc dire que d'ici quelques années il y
aura plus de fonctionnaires à la retraite qu'en activité. Pouvez-vous m'expliquer qui va payer la différence ? Hé bien l'activité privée. C'est déjà le cas d'ailleurs mais, pour éviter justement
les tensions, on ne détaille pas le chiffre du déficit des retraites entre public et privé.
    Enfin, rappeler aussi qu'une carrière dans le privé est maintenant émaillée de périodes de chômage, travail temporaire, nécessité de déménager pour reprendre une activité, etc.
etc. qui sont également bien une différence par rapport à une carrière plus stable dans le publique.
    Au final, la plupart des gens qui se sont réellement pencher sur le sujet reconnait que la différence de salaire s'estompe en partie par les différences, décalées dans le
temps, expliquées ci-dessus et que le reste constitue finalement une juste récompense des efforts que les salariés du privé sont obligés de fournir pour arriver à leurs objectifs chiffrés,
l'effort pour générer de la croissance dans leurs entreprises et des carrières moins stables.
Je ne parle pas ici des hauts fonctionnaires et les hauts salaires du privé, c'est une autre affaire.

3) Les privilèges dans le privé :
Une voiture de fonction, des différentes boites que j'ai fait, je n'en ai vu que pour des commerciaux et les personnes ayant un devoir d'image vis à vis des clients (PDG, etc.). Pour les
logements de fonction, jamais vu, sauf pour les gardiens d'usine au smic et qui dorment sur place.

4) Les concours !
Vous me dîtes "passez les les concours". Seulement, quand on commence sa carrière professionnelle, on ne sait pas tout ce que je vous dis ci-dessous, après c'est trop tard.
    Etant au chômage, j'ai étudié la piste des concours. Mais, pour passer le concours d'entrée à un poste équivalent à ce que j'ai actuellement, il faut un bac+4. Le privé m'a
permis d'avoir un job à niveau bac+4 avec une formation initiale bac+2 et 10 ans d'expérience ce que ne permet absolument pas les lois de la fonction publique où les entrées se font sur concours
rigide (pas de reconnaissance de l'expérience professionnelle), où on considère donc que vous y entrez en étant jeune et où vous y resterez toute votre vie (ça montre une certaine mentalité) et
où l'évolution professionnelle se fait en majeure partie à l'ancienneté.
    Vous savez, une blague commune dit que, dans le privé, pour être augmenté, il faut savoir travailler. Dans le public, pour être augmenté, il faut savoir défiler. C'est
réducteur, c'est méchant et je ne veux pas faire de généralité mais ça veut dire quelque chose tout de même par rapport aux objectifs, la productivité, etc.
Pour info, ma mère a été fonctionnaire presque toute sa carrière sauf qu'elle était dans la santé mais je connais 2/3 choses sur le statut (genre x années en moins à travailler avant la retraite
quand on a fait 25 ans de maison par exemple).
    On pourra toujours trouver des choses à redire mais il y a des choses qui dépassent l'entendement quand même ! J'ai deux enfants, j'essaie de faire confiance et de croire en
notre système scolaire mais quand on voit qu'un prof accusé de choses et d'autres pas très nettes vis à vis des enfants, on se contente de le muter, on se dit qu'il y a quand même un problème.
Que des incompétents soient promus pour qu'un service puisse s'en débarraser dans un autre, que les politiques s'auto-amnistient, que des administrations ne soient pas centralisées pour réduire
les coûts fixes, etc.

5) Je ne crois pas à l'apathie des français mais, quand tu constates au fur et à mesure des élections et des alternances que ça ne change pas grand chose à l'organisation de ces élites, bah... tu
ne dis plus rien et tu essaies de vivre pour toi en premier lieu.

6) J'ai souvent dit que les français devraient avoir le choix du niveau de prestations de leurs administrations. A l'heure actuelle, on n'a pas le choix et on considère que tout doit rester figé
comme il est et continuer de fonctionner comme ça l'est actuellement ("non au fermeture des bureaux de poste ayant que 2 clients dans la semaine", "non à la fusion anpe-assedic", "non à la fusion
conseil général-conseil régional", "non à la fusion calcul de l'impôt-recouvrement de l'impôt"). Heureusement, le gouvernement actuel a au moins la vertue de vouloir réduire le coût imposé à tous
les français de ces inepties et a fait certaines des ces réorganisations contre vents et marées.
La démocratie viendra peut être des anglais (et pourtant... hein... les anglais... bref...) qui ont ces jours-ci l'idée de vouloir organiser un référendum pour que les gens décident des services
prioritaires pour eux afin de définir le prochain budget du pays en conséquences !!! Il faudrait avoir de sacrées bien grosses c...lles pour faire ça en France ! ;-)



Répondre
B


A Nono


Je bosse pour l'Etat. Je ne me sens pas privilégié, chanceux d'avoir un CDI ça c'est sûre, mais je ne considère pas la stabilité d'un poste comme un privilège. Le privilège c'est celui du député
qui cumule les revenus et les avantages tels logments et voiture de fonction. Ces privilèges existent aussi dans le privé.


Je paye mes impôts comme tout le monde et plein pot, je n'ai pas de régime de retraite spécial... on ne peut opposer bêtement public et privé, d'autant que la plupart des gens qui bosse pour
l'administration sont maintenant de droit privé.


Par contre dans le public on est très loin d'atteindre les salaires du privé, à fonction et à formation égale. Que ceux du privé qui s'outragent devant les agents publics passent le concours pour
y entrer et se contentent d'une paye deux fois inférieure à un gars du privé, du moins pour les cadres. Beaucoup d'agents de la fonction publique rament au SMIC.


il y a de nombreux abus dans le public, il faut y mettre un terme, mais de là à compter les dérapage par millions c'est un peu réducteur. C'est comme de dire que tous les politiques sont des
pourris ou que tous les patrons sont des voyous. Ca n'a pas de sens.


Qaunt à s'énerver pour si peu de choses, justement s'énerver c'est tout ce qu'il nous reste, ne boudons pas notre plaisir !!



Répondre
M


Merci Big Dave.



F


Tu devrais voir les Guignols:


PPD:


"Et voici l'indignation generale sur ces scandales..."


"Je crois qu'on a un petit probleme de magneto..."


"Ah non? Pas de pb de son? Et bien c'est un probleme de pays alors..."


Et ca aussi:


http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/lhumeurde/index.php?id=92155



Répondre
M


Merci Fred, tu tombes comme toujours pile poil. Je vais d'ailleurs publier la chronique de Guillon qui cette fois à non seulement trouver le bon ton mais a le bon goût pour montrer une fois plus
l'apathie des français sur le mode "oui mais bon, il y a pire aussi alors pourquoi lever le petit doigt pour dénoncer ?".



N


Mais tu t'énerves pour peu Maxime ! ;-) Il y a tellement eu par le passé et il y aura tellement dans l'avenir... Des postes placards, des missions fantômes et des pseudo-études payées des
dizaines de milliers d'euros, il en existe depuis des décennies maintenant.


Les logements de fonction attribués à des gens qui auraient les moyens de payer un loyer dans le privé ou qui n'ont pas un poste à caractère d'urgence opérationnelle se compte par millions dans
la fonction publique. Et c'est même une double entourloupe des logements car cet avantage en nature doit être déclaré avec les revenus (est-ce qu'ils le font ?) et la valeur de l'équivalant loyer
est basé sur la valeur locative du cadastre (qui sert de base pour la taxe d'habitation). Mais vu que les cadastres datent "des croisades" et que je doute de l'impartilité des municipalités à
réevaluer les cadastres pour les logements de la fonction publique, autant dire que, pour ceux qui déclarent, ca ne doit pas voler très haut...


Bref, qui c'est qui se fait avoir et qui a le droit de payer plein pot tout ce qu'il touche ? Le français moyen qui bosse dans le privé.


Celui qui ne gagne pas grand chose a un bilan équivalant au français moyen avec les jeux des éxonérations, des plafonds et des allocations. Ceux qui gagnent énormément disposent des niches
fiscales et, même s'ils peuvent être imposés à 40 ou 50% des revenus n'ont au final qu'un taux d'imposition de 20%.


Sachant en plus que ceux qui vivent en région parisienne sont défavorisés (niveau de vie inférieur aux provinciaux à salaire constant (budget 20% plus élevé à consommation égale et 13% de salaire
en plus seulement) et taux d'épargne moitié moins par rapport au taux d'épargne moyen des foyers en province à dépenses égales).


Franchement, le pauvre français moyen célibataire travaillant dans le privé et qui vit en région parisienne n'a qu'une solution en France : la corde pour se pendre !


 


Tout ça pour dire qu'il faut se méfier de la partie immergée de l'iceberg. Le bling-bling et les privilèges flagrant se voient bien des journalises en manque de sensationnel pour se faire bien
voir de leur chef de rédaction et pour vendre du papier mais les injustices ne sont pas si visibles que ça dans les média. Il faut du fond, un peu de boulot et un minimum d'objectivité pour
pointer du doigt les vraies problèmes. On nous assène de pseudo-scandales du matin ou soir pour des choses somme toute négligeable en oubliant de parler des pécins moyens qui n'ont d'autre choix
que de payer plein pot toute leur vie. Mais peut-on vraiment avoir de l'objectivité d'une corporation qui elle-même profite des privilèges actroyés il y a des dizaines d'années (avantages fiscaux
et régime spécial de retraite) ?



Répondre
M


Oui je sais, je m'énerve souvent pour rien. Ou alors, il faut aussi dire les choses comme ça, beaucoup ne changent ne s'offusquent plus de rien. Et c'est bien là que le bâts blesse !


 


C'est le silence de plomb de tous alors que pour une bête équipe de foot (qui, je me trompe peut-être, ne va sans doute pas aller loin dans la compétition) on pousse des grands
cris d'orfraies à faire pâlir Madorffozy. 


 


Au fait ton français moyen qui les accumule toutes ? Il ne bosserait pas chez France Télécom aussi ? Non parce qu'ils ont plusieurs centre d'appels en banlieue parisienne. Et ça ferait
des économies de corde s'il pouvait sauter d'une fenêtre. Faut juste lui dire de bien la refermer derrière lui. Oui, la clim', ça coûte.


N'oublie pas non plus le français moyen (ou petit moyen -!-, car nous nous sommes encore lésés là-dessus !) qui bosse dans le public.



M


Ton ami BIG DAVE n'a pas compris l'equation : Sarko = ROI SOLEIL , donc il fait CE QU'IL VEUT !


Et l'on entend des choses du type, ce ministre loge sa fille dans un appartement de fonction, celle-ci son frère ... et tout semble normal. Alors BOUTIN, la pauvre, il faut bien qu'elle gagne sa
vie .....bon d'accord, elle est un peu surpayée,  ....


Et tout cela sans aucune Honte, non, mais attend, il a tout de même été mis en place une aide pour les chomeurs en fin de droit, d'accord, tous n'y auront pas droit, ceux qui sont au chômage
depuis plus de 2 ans tant pis pour eux,c'était avant "la crise" mais ceux qui auront droit auront quelques chose comme 300 ou 400 € ! c'est pas rien !


encore d'accord avec le salaire le MME BOUTTIN  il y aurait 24 personnes de plus qui pourraient avoir 400 €, mais bon, on peux pas tout avoir !!!!


Bref, j'étais calmement en train de gagner mon salaire (pas autant que MME BOUTIN) et voilà, tu m'as mis en colère !!!!



Répondre
M


Alors ma journée n'aura pas été perdue !