La paix assassinée

Publié le par maxime

Une fois encore on tue l'espoir. La bonté gratuite. L'amour. La main tendue.

 

Cet après-midi du 04 avril 2011 est mort  Juliano Mer-Khamis

Acteur, réalisateur et militant politique. Arabe israélien. 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/43/Juliano_mer_khamis.jpg

 

Il vivait pour la plus belle des folies, rapprocher les peuples palestinien et israélien. Son projet ne passait pas par de trop simples et faciles rencontres sportives organisées à des centaines de kilomètres du vrai malheur. C’est au contraire dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie (là où il est mort cet après-midi), ancien “bastion du terrorisme” selon la terminologie israélienne du début de la deuxième intifada, que cet israélien avait décidé de porter le fer de convictions héritées d’un couple de parents communistes eux-mêmes sangs mêlés (Arna Mer et Saliba Khamis).

Le  Théâtre de la Liberté était, pour Mer-Khamis, une poursuite du travail de sa mère, Arna. L’objectif de ce théâtre est d’offrir des opportunités aux enfants et aux jeunes du Camp de Réfugiés de Jénine de développer leurs talents, de se connaître soi-même et d’avoir confiance en soi en utilisant un processus créatif comme modèle de changement social.

 

http://www.jerusalemites.org/image/books/film26.JPG

Juliano Mer-Khamis avait consacrée à l’oeuvre de sa mère emporté en 1995 par un cancer, un documentaire extraordinaire: Les enfants d’Arna. Sans nul doute le meilleur film pour comprendre la seconde intifada. Vous pouvez voir ce film dans son intégralité en cliquant ici.

 

Voici un extrait.

 





Une fois encore on a tué l'espoir. La bonté gratuite. L'amour. La main tendue.




Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maxime 04/04/2011 21:53



A voir : LE THEÂTRE DE LA LIBERTÉ