Menu
La ville qui ne voulait pas mourir

La ville qui ne voulait pas mourir

Ce matin, ce titre (La ville qui ne voulait pas mourir) m'a tapé dans l'oeil. Qu'elle ne fut pas ma surprise de découvrir qu'on y parlait de... Pézenas. Ma belle et goulue Pézenas. Pays de Boby Lapointe et de mes berlingots d'enfrance.

 

http://concours-regions.blog50.com/photos/medium_50c0ab40dd6d34eb073b43de81c5f676.JPG

 

Je copie ci-après de larges extraits de cet article paru sur le blog du Monde, L'inter-connexion n'est pas assurée, en date du 24 septembre 2012. Je vous invite également dans la foulée à signer la pétition au sujet de ce qui se prépare dans le dos des piscenois.

Un projet commercial d’envergure de 90 000 m2 construit sur 30 hectares de surfaces agricoles avec un hypermarché de 7500 m2 , une galerie de 44 boutiques, ainsi que 16 moyennes surfaces, une pharmacie, des restaurants, est prévu sur la commune de Pézenas... ville de 9000 habitants "seulement" !

Je vous invite à lutter face à la démesure de cet ensemble commercial privé et aux conséquences sur la vie du centre-ville et de l’ensemble des commerces de proximité des villages des environs.

 

 

Petit retour en arrière :

"Une histoire qui remonte au Moyen-Age, des hôtels particuliers, un théâtre qui bénéficie de la renommée de Molière, un château détruit par Richelieu, un ghetto juif, des brocanteurs et des spécialités gourmandes. Pézenas (Hérault), 8500 habitants, est une honnête petite ville, proche de Béziers mais non loin de Montpellier, à une quinzaine de kilomètres du littoral. Aux beaux jours, des touristes lassés des plages du Languedoc déambulent dans les rues de la cité, admirent les quelque 30 monuments historiques, visitent les boutiques où l'on trouve des produits estampillés "du sud" ou s'attablent à une terrasse de café. A l'occasion, les visiteurs paient en "occitans", une monnaie locale créée en 2011 pour favoriser l'approvisionnement en produits locaux.

 

http://www.gites-lac-salagou.com/images_photo/Pezenas_321_lightbox.jpg

 

Ce dimanche 23 septembre, une manifestation et des chants animaient le cœur historique. A l'appel de l'association "Bien vivre à Pézenas", une bonne centaine d'habitants et de militants venus des environs se sont retrouvés sur la place Gambetta, devant le musée consacré à Boby Lapointe, natif de la ville. Le courroux des manifestants vise un projet de centre commercial, appelé "Les jardins de Bonneterre" et porté par Alain Vogel-Singer, le maire divers droite.

30 hectares, un hypermarché, un bowling ? Sur une colline située à proximité immédiate de l'A75, l'axe qui relie Clermont-Ferrand à Béziers, un promoteur espère lotir un espace de 30 hectares. D'après l'association, ce terrain accueillerait, dans une formation en arc-de-cercle, un hypermarché, un cinéma, des boutiques, un centre médical ou encore un bowling, le tout étant naturellement entouré d'une nappe de bitume qui servira de parking. Le projet, détaillé dans une plaquette imprimée mais sur aucun site Internet, peut séduire. Le petit ingénieur qui sommeille en chacun de nous peut même y voir un projet harmonieux et un développement ambitieux. "Fluidité, proximité, symbiose avec la nature", promet la plaquette de présentation."

 

Voici l'adresse vers la pétition pour supporter le mouvement de protestation contre ce projet digne de la fin du siècle dernier : NON AU PROJET DE ZONE COMMERCIALE DE BONNETERRE A PÉZENAS.