Le rêve de se dénucléariser

Publié le par maxime

À l'heure où je tape ces mots, l'électricité allemande est plus que largement non nucléaire. En effet, ce week-end, seules quatre des dix-sept centrales tournent.

Le journal Die Welt a prévenu vendredi que si tout devait fonctionner, des coupures étaient à craindre. Mais quand le soleil soleil, que les oiseaux oisellent et que le ciel bleu, qui a besoin d'électricité ? Ah si... les cons qui, devant leur dix-neuf pouces rétro-éclairés tapotent et tapotent en recourbant leur dos.

 

 Quelles leçons tirer du modèle allemand ?, c'est la question que se pose Rue 89. Attention, il ne s'agit pas de donner des leçons (justement) ! Nous sommes toutes et tous à tâtonner et avancer dans le noir. Faisons-le ensemble pour avoir moins peur. C'est tout.

 

 

 

 

J'ai rêvé cette nuit de celui qui me manque le plus au monde. On allait à un drôle de mariage d'un copain (qui n'existe pas) musicien. Dans une énooooorme église dont la nef était exp(l)osée aux deux-tiers, résonnait de la musique africaine. Et lui et moi, assis côte à côte sur un banc, faisions danser les sourires que nous nous échangions. Il me manque. Encore et encore.

 

http://www.cosmovisions.com/FrancoisAssise.jpg

 

 

 

 

J'écoute le dernier FLEET FOXES et je ferme les yeux.

Et là encore il est près de moi. Francis D'Assois, ou bien l'inverse. Il me dit que tout est simple. Que les oiseaux oisellent, le soleil soleil et caetera... Et pour un trop court instant, je n'ai plus besoin de rien que de vivre.

On éteint tout et on ouvre.

Grand les yeux, grand les oreilles et grands les coeurs.

 

 

Publié dans perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nadja 22/05/2011 20:13



Juste des bises en direct de mon balcon, en regardant couler la Saône et avant de filer pleurer au nouveau Dardenne. Des bises à toi et à l'absent.


Des bises aussi de mon pépé, un peu allemand, que je suis allée voir cet après midi à l'hôpital en TER+vélo. J'avais la flemme mais en lisant ton message, je sais plus que jamaus que ce
déplacement-là était la meilleure chose à faire en cet après-midi où le soleil a soleillé, les oiseaux oisellé et le ciel bleué.


A vite !



maxime 23/05/2011 17:11



Oh comment puis-je seulement répondre à un truc pareil.


Je suis heureux pour ton grand-père, pour toi. Extrêmement fier aussi (si, si).


 


Puisse le soleil soleiller tout ton été et le plus longtemps possible au-dessus de ton grand-père.