Les cairotes sont-elles cuites ?

Publié le par maxime

Oui. Encore un article au sujet du fantastique mouvement de libération, route vers la démocratie en Égypte. On l'espère toutes et tous. Pourquoi soulignerais-je l'adjectif fantastique alors que le sang n'a jamais coulé si abondamment que depuis une trentaine d'heures ? Parce qu'à chaque fois que je lis ou entends l'expression "les pro-Moubarak contre les anti-Moubarak". 

Bien sûr que je n'ai aucune preuve de ce que j'avance. Mais il semblerait tout de même bien que les milliers de personnes défilant et agressant les manifestants de la place Tahrir soient malheureusement des recrues. Dans le sens de recruté(e)s. Policiers en civil, famille de policier. Encore ce témoignage lu, ce matin. Il s'agit d'un e-mail envoyé par un internaute à la BBC : "Ma fille est mariée à un Egyptien, d'Alexandrie. Elle dit que l'oncle de son mari a reçu l'ordre d'aller manifester, sous peine de ne pas être payé.". Je vous laisse bien sûr décider par vous-mêmes. 

 

http://graphics8.nytimes.com/packages/images/newsgraphics/2011/0203-tahrir-square-protest-diagram/0203-web-EGYPT.png

Infographie du New York Tmes.

 

Les éléments suivants sont annoncés au moment où j'écris ces lignes. Ils seront sans nul doute déterminante dans les jours à venir.

Sur le site du Guardian : un général en retraite de l'armée égyptienne affirme à la BBC que l'armée est prête à faire feu sur les partisans de Moubarak s'ils attaquent les manifestants sur la place Tahrir. Pour lui, l'armée pourrait se retourner contre le président Moubarak dès vendredi.

L'agence Reuters indique que, selon des témoins, "l'armée égyptienne s'interpose entre partisans et adversaires de Moubarak après les affrontements du Caire". Le gouvernement égyptien va-t-il enfin prendre des mesures pour identifier les responsables des violences ? C'est ce que semble annoncer un porte-parole interrogé par Reuters.

A noter que plusieurs journalistes ont été attaqués cette nuit. L'Union européenne appelle à traduire les responsables des violences au Caire en justice.

Parallèlement à ces événements, le vice-président égyptien Omar Souleiman a commencé le "dialogue" avec "les partis politiques et les forces nationales", a annoncé la télévision publique dans un bandeau.

Les manifestants affirment détenir 120 policiers en civil qui ont participé aux attaques sur la place Tahrir.

Selon les organisateurs de la manifestation il s'agit de membres de la police ou du parti au pouvoir pris pour la plupart alors qu'ils s'attaquaient aux contestataires. Les manifestants ont remis les personnes capturées à l'armée, a-t-il ajouté. L'armée va-t-elle réellement défendre les manifestants pour le démocratie ?

Le gouvernement nie être derrière les contre-manifestants : un porte-parole du cabinet égyptien affirme "accuser la gouvernement de mobiliser est une fiction. Cela irait contre notre objectif de restaurer le calme. Nous sommes surpris par ces actions".

Depuis hier, c'est pourtant une situation totalement surréaliste à laquelle nous avons pu assister. Des combats féroces sous les yeux de soldats qui, dans un premier temps, ne faisaient rien pour empêcher les affrontements.



Je ne vous cache pas que ce qui me blesse le plus c'est que l'impressionnante démonstration de calme, ferveur et de paix du premier février semblait pouvoir renverser les plus hautes des montagnes. Et puis à la fête, à ce pique-nique géant d'indignation et de bonne humeur, a suivi la violence. Le sang.


À suivre...


Publié dans ainsi valse la vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M


SCOOP !


François Baroin ne lit
pas ICI BERLIN.



Répondre
J


tu connais sans doute déjà


http://owni.fr/2011/02/03/internet-instrument-de-la-contre-revolution-egyptienne/



Répondre
M


Merci Jo' pour ce lien. J'ai lu beaucoup de choses depuis une dizaine de jours. Notamment bien sûr sur le lien entre les réseaux sociaux et ces événements. Mais je n'avais pas vu cette page,
merci encore !


Je comptais bien sûr poster quelque chose sur le sujet, sans oublier d'y inclure le rôle des médias télé aussi ! Mais les nouvelles s'accumulent tellement vite que j'ai zappé. Je voudrais aussi
parler dans le futur (proche j'espère !) d'un fantastique projet de documentaire sur la jeunesse au moyen-orient, leur désir de liberté, démocratie et les outils internet.


Ici des
superbes photos.



L


Maxime, the guy who cares...



Répondre
M


Bah oui, il faut bien. Je tiens ça de la Mémé peut-être ?


Notre monde est tellement sombre parfois. Ah si je ne devais être que douleur quand quelqu'un souffre... je ne serais pas sorti de l'auberge ! 


Tiens, des gens sont en train de forcer l'entrée dans les studios de France 2 au Caire !



M


Post-scriptum !


La Coalition nationale pour le changement refuse de
négocier avec le pouvoir avant le départ du président Hosni Moubarak, déclare à l'AFP un porte-parole, après une annonce officielle sur une amorce de dialogue avec
l'opposition. 


"Notre décision est claire: pas de négociations avec le gouvernement avant le départ de
Moubarak. Après cela, on est prêts à dialoguer avec Souleiman", a déclaré Mohammed Aboul Ghar. Le premier ministre Ahmad Chafic et le vice-président Omar Souleimane, cités par les médias
officiels, ont déclaré que le pouvoir a entamé un dialogue avec l'opposition.



Répondre