Supergrass... super rare.

Publié le par Maxime

C'est toujours triste quand un groupe se sépare, même si c'est presque toujours pour le meilleur (nous éviter le pire).

 

Un de mes groupes fétiches, SUPERGRASS, a annoncé hier leur séparation.

Le trio (puis quatuor), originaire d'Oxford, laisse donc derrière lui six albums, donc cinq que j'écoute avec un énorme plaisir. Le premier est jouissif. Jouissif c'est le terme ! Un jet adolescent de bonheur, de fuck you, de punk et de pop. Ils ont jalonné ma décade 1995/2005 puisque leur dernier album m'a semblé un cran au-dessous et aussi parce que j'avais la tête et donc les oreilles ailleurs en 2008.

 

Le hasard, vraiment le hasard, me fait assister à un de leur concert le dimanche 22 juillet 2003. A Carhaix, aux Vieilles Charrues. Je les vois en coup de vent, du haut de la cuvette au fond de laquelle est plantée la grosse scène. Vite fait, ensoleillé. Entre Voulzy et Bénabar. Coup de barre. Et de soleil.

 

Je les aimais bien ces p'tit gars gars d'Oxford. See You next time !

 

 

 

 

 

 

 

Bien trop rapide raccourci entre leur premier album de 1995, I SHOULD COCO et celui sorti en 2005, ROAD TO ROUEN. Ce dernier avait été enregistré dans une ferme de Normandie (près de Rouen), reconvertie en studio.

 

 

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

D


Hoo triste !! I should Gogo... premier album 1995 ! Je les ai connu à ce moment là. Les Supergrass pour moi c'est mon année au Pays de Galles, et ils m'ont accompagné au même titre qu'Elastica,
les Smashing Pumpkins, les Stone Roses, Blur, Oasis, Sugar, The Auteurs et bien d'autres !


Les Supergrass m'ont suivi depuis, mais avec des albums inégaux quand même.


So long les gars !



Répondre
M


Un peu comme toi David.


Bon c'est surtout pour le meilleur qu'il se quittent hein ? Et puis ils reviendront sûrement. Ce sont des amis avant tout.



M


encore un groupe que mon grand frère m'a imposé et qui y est définitivement accroché! J'ADORE


Une séparation oui, mais à quand les retrouvailles??



Répondre
M


Et oui: c'est la vie... père !