Une porte se referme...

Publié le par le zouave

... ou bien s'ouvre-t-elle ?

 

J'ai appris ce matin avec surprise et tristesse la mort de  Ray Manzarek.

Surprise, car je le savais si actif que j'en avais occulté son âge et sa longue bataille contre un cancer.

 

http://1.bp.blogspot.com/-DVusbRtQztc/TotxtQ2xi5I/AAAAAAAABkc/pojmEwFQ1oQ/s1600/ray_manzarek-today.jpg

 

 

Sans lui pas de  Doors bien sûr, inutile de le dire depuis le film d'Oliver Stone qui relate à peu près correctement l'histoire du groupe. Et puis derrière ces petites lunettes rondes j'ai toujours vu comme une caution au groupe. Qui d'autre que lui aurait pu supporter, dans tous les sens du terme, les délires et poésies de Jim Morrison ? Si ce dernier donnait parfois l'impression de nous prendre pour des gonds, on savait que Ray Manzarek nous souriait avec malice et sagesse.

 

 



Je me sens bête de publier cette courte vidéo d'un des titres majeurs alors que des dizaines d'autres mélopées nous ont fait danser le rock, la valse et tant d'autres danses psychédéliques dans nos têtes. Même s'il s'agit d'une vidéo à vocation publicitaire, on peut commencer par s'asseoir auprès de Ray pour un moment magique : la vidéo est en anglais.

 

A contrario, sur la chanson suivante, ce n'est pas où son jeu éclate le plus mais ma tristesse de ce matin s'accorde bien avec ce titre qui a toujours été un de mes préférés du quatuor de Los Angeles. Goodbye Ray !

 

 

http://fireofthylove.com/wp-content/uploads/2011/11/manzarek.jpg

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

F

D'accord pour le côté peintre. Sacré habile du pinceau, je dirais même ;-)


On lui doit aussi ce son très spécifique du groupe avec ces intros immortelles (elles au moins) qui se reconnaissent entre mille et qui permettent de nous faire
gagner au blind-test à coups sûr dès les premières secondes. Et ça, l'art de l'intro, c'est pas donné à tout le monde.


(désolé pour les fautes du commentaire précédent ...hum!)


Filou
Répondre
L


Pas mieux, c'ets tout à fait vrai. Comme beaucoup de riffs d'Harrison, on peut chanter facilement certaines mélodies immortelles signées Manzarek.



F

C'est vrai qu'il me paraissait jeune aussi. Enfin, tout est relatif. Comme tous les zicos de l'époque, quoi. Je ne m'attendais pas à le voir partir aussi tôt, voilé tout. Peut-être que, comme tu
dis, il était encore pas mal actif, oui.


Pour Jon Lord, la comparaison est difficile à part la place qu'on joué les deux dans leur groupe. Mais Lord était un vrai virtuose. Manzarek était loin d'atteindre le mêem niveau. D'ailleurs, son
jeu n'était pas apprécié de tous... y compris du côté des fans.


Filou
Répondre
L


Ah alors que moi je ne saurais le soustraire au groupe. Jim en était l'âme peut-être mais Ray en était le metteur en scène, le chef d'orchestre, le peintre.



M

J'appréciais beaucoup Ray Manzarek, comme Jon Lord d'ailleurs. Ces clavistes dont le son était reconnaissable à des milliions de kilomètres à la ronde. Ces deux-là, ont marqué plus que jamais
l'histoire de la musique. Pas seulement parce qu'ils étaient dans un groupe connu, mais ont été des acteurs importants du son et de la création, de cette trace indélébile marquée à jamais sur
l'épiderme de la musique rock. Avec la disparition de Manzarek, c'est aussi un peu une porte qui s'ouvre à nouveau sur mon adolescence, sur ces soirées où la musique des Doors envoûtait les
esprits fumeux. A cette époque, j'ai même passé une nuit sur la tombe de Jim Morrison au cimetière du Père Lachaise. A déguster un bon vieux whisky irlandais... A sympathiser avec les esprits du
moment. Une nuit joyeuse, car un vrai rocker n'aime pas qu'on vienne pleurer sur sa tombe. Trente années viennent de passer et ce souvenir à jamais. RIP !
Répondre
L


Merci pour ce sympathique souvenir d'outre-Lachaise Michel. 
Si Jim était l'âme des Doors, je pense que Ray était, faisait le son du groupe. 



F

Bien triste nouvelle. 


Si jeune pourtant.


Shit !
Répondre
L


Pas si jeune quand même, son âge m'a justement étonné. Je le pensais encore plus jeune.


Mais oui, qu'importe l'âge, c'est triste. Surtout que tu l'avais rencontré si je me souviens bien.