La conversation

Publié le par Le Zouave

La conversation

Ce soir je t'ai parlé et c'était bon.

Depuis quelques années déjà tu n'es plus tout à fait là.

Dans une seule phrase tu peux me dire le temps qu'il fait et oublier la pluie qui mouille tes grands yeux bleus.

Tu m'as une fois demandé comment allaient ma femme et mon enfant et te demander à qui tu parlais.

Mais ce soir tu étais là et c'était bon.

Je t'ai dit que nous ne viendrons pas en février mais que nous nous verrions en avril. Ou mai.

J'ai regretté de ne pas pouvoir venir plus tôt mais tu as dit "Pas rien et puis il fait encore bien froid en février".

Te sentant en forme, j'ai pris le temps de te dire que j'avais deux mois de congé parental. Que nous comptions passer plus d'un mois en France.

Tu as crié ta joie.

Comme je ne te l'avais pas entendu faire depuis des années.

Tu as dit et redit "Ah qu'est-ce que je suis contente, cela veut dire qu'on va se voir plusieurs fois.

On aura du temps."

Tu as mis de la neige fondue sous mes paupières quand tu as dit ces mots-là.

Parfois tu ne te souviens pas du temps qu'il a fait cet après-midi mais ce soir tu me parlais du temps qui passe. De celui qu'on saura capturer toi et moi. Au printemps prochain.

Il t'arrive de me poser quatre fois en trois minutes la même question.

Mais ce soir c'est moi qui ai oublié. De te dire que je portais tes chaussettes tellement il faisait froid.

Ce soir je t'ai parlé et c'était bon.

Publié dans écrits, perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie 25/01/2016 09:05

Comme d'hab, magnifique ! gros bisous aux savoyards et surtout .... à la très belle personne à qui est destiné ce texte !

Le Zouave 25/01/2016 14:26

Bisous !

mathilde 23/01/2016 23:52

Bon chaud chaud le coeur...
Une fois de plus je suis jalouse de ta prose.

Le Zouave 24/01/2016 12:12

Oh relis mon texte, je me suis contenté d'écrire ce que nous nous sommes dit. Rien de bien extrapolé cette fois-ci.
"Bon chaud chaud le coeur...", ça c'est de la jolie prose ! Bisous.